• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Abeille visitant une inflorescence de colza.. © inra, CARRE Serge

Abeilles, reines de la survie

- © Import

Maillage d'abeilles

Les travaux des chercheurs de l'Inra visent ainsi à mieux connaître l'état des populations des insectes pollinisateurs et évaluer les risques que fait peser leur déclin liés aux pesticides sur la faune et la flore des milieux cultivés et naturels.

Mis à jour le 31/01/2013
Publié le 30/01/2013

Les insectes sauvages et domestiques comme l’abeille contribuent à 80 % de la pollinisation des plantes à fleurs. Le déclin qui les menace est un enjeu énorme pour nos sociétés dont la production agricole et donc l'alimentation dépend pour une bonne part de la pollinisation des plantes à fleurs.
En 2007 et 2008, le taux de mortalité des abeilles a atteint presque 30 % en France. Les causes de ce déclin sont multifactorielles.
Jusqu'à présent, la majorité des études visant à expliquer les mortalités massives d’abeilles se sont focalisées sur un seul facteur de stress (pesticides, pathogènes…) Plusieurs équipes de chercheurs de l’Inra ont analysé les effets de l’interaction entre un champignon pathogène et un insecticide sur la santé des abeilles. Ils montrent pour la première fois que l’effet combiné induit un taux de mortalité plus élevé que chaque agent seul.

Ce film présentait l’unité expérimentale d’entomologie du centre Inra Poitou-Charentes, qui travaille sur deux grands chapitres que sont « l’abeille et les insecticides », et « l’abeille et l’environnement » à l'occasion du Salon International de l'Agriculture 2010.