• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
FRELON asiatique à pattes jaunes, Vespa velutina nigrithorax. © Inra, Karine MONCEAU

Comment empêcher le frelon de faire son miel des abeilles

Installation de pièges à frelons. Rucher expérimental de l'unité SAVE, Inra centre de Bordeaux. © inra, Karine MONCEAU

L’Inra au cœur de la bataille

Spécialiste de l’écologie comportementale chez les insectes, l’unité Save à l’Inra de Bordeaux consacre une partie de ses recherches à la lutte contre l’expansion du frelon asiatique.

Mis à jour le 14/02/2013
Publié le 08/02/2013

« Nos recherches visent à apporter à la filière apicole des pièges fiables et sélectifs qui aideront à protéger les ruchers durant la période de prédation, de juillet à novembre. D’un point du vue plus fondamental, elles visent aussi à affiner les connaissances sur le comportement de prédation du frelon et son organisation sociale, explique Denis Thièry, directeur de l’unité Santé et agroécologie du vignoble (Save) à l’Inra de Bordeaux. Nous travaillons sur la communication chimique qui joue un rôle majeur dans les phénomènes de reconnaissance soit entre espèces (le frelon et ses proies) soit au sein de celles-ci ».

L’unité a mis en place au laboratoire un élevage de nids de frelons en captivité et dispose in situ d’un rucher expérimental et d’une plateforme expérimentale. « Nous étudions son aire de prédation pour déterminer la fidélité de Vespa velutina à un site de chasse : Mémorise-t-il les ruches qui lui semblent ‘intéressantes’  et communique-t-il ce message à ses congénères ? Quelle signature chimique laisse-t-il sur ses proies ? Y a-t-il concurrence entre colonies pour un même rucher ?, etc. », poursuit Denis Thièry.

Le rucher expérimental permet aussi de tester l’attractivité de différents types de pièges à différentes distances des ruches pour mettre au point des pièges soit avec des phéromones soit avec des appâts nutritifs sélectifs. « Le piège à phéromones est le moins néfaste pour l’environnement », observe Denis Thièry, partisan d’une synergie de méthodes de lutte complémentaires et de l’élaboration de nouvelles méthodes.