• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

La forêt face aux tempêtes

Lothar et Martin, les deux tempêtes de 1999, sont le point de départ d'un nouveau travail des scientifiques sur la vulnérabilité des forêts. Dix ans plus tard, et après une nouvelle tempête, Klaus, qui a frappé le Sud-ouest, la communauté scientifique apporte les réponses des investigations et recherches engagées ainsi que les enseignements qui en ont été tirés. « La forêt face aux tempêtes » restitue les résultats de cet ambitieux programme de recherche conduit sur la décennie. La modélisation pour identifier les mécanismes de propagation des dégâts forestiers lors de tempêtes prolonge aujourd’hui ces résultats.

Forêt et tempêtes. © Inra, Pierre Trichet
Mis à jour le 03/03/2016
Publié le 03/03/2016

Toujours plus fréquentes, les tempêtes occasionnent des dégâts considérables à nos forêts. Le caractère imprévisible de ces manifestations météorologiques dévastatrices a longtemps laissé les scientifiques complètement démunis. Pourquoi les écosystèmes forestiers sont-ils si vulnérables aux tempêtes ? Comment en limiter les effets ? Dans la foulée de l’épisode de 1999, l’Inra conduit avec l’Irstéa (ex-Cemagref) une expertise collective "Forêts, vent et risque" sur les tempêtes, la sensibilité des forêts et sur leur reconstitution, à la demande des ministères chargés de l’agriculture et de l’environnement.
En 2009 est publié "La forêt face aux tempêtes" où près de 70 auteurs ont participé à la rédaction de 27 contributions. La même année, l’Inra organise un colloque (Carrefour de l’innovation agronomique) « Sylviculture, forêts et tempêtes » pour présenter l’état des connaissances acquises sur l’évaluation des différents impacts des tempêtes, la stabilité des peuplements forestiers au vent, les données et innovations possibles pour la gestion et la reconstitution des peuplements endommagés.

Un modèle numérique unique

Les premiers résultats du programme "Forêts, vent et risque" mettaient en évidence – entre autres – le rôle des lisières. En effet, des turbulences particulières interviennent au niveau des lisières qui influent fortement sur la puissance du vent s’engouffrant dans la forêt. Mais identifier les causes de la variation de puissance du vent n’est pas suffisant. Une reproduction numérique de la propagation des dégâts est aussi nécessaire.
L’étude d’une forêt de pins maritimes des Landes a permis aux chercheurs de l’Inra d’expérimenter un modèle informatique d’un nouveau genre. Ici, tout est pris en compte. La déflexion (modification de direction) et la rupture des arbres sont paramétrées. Les modifications (direction et puissance) du vent en fonction des arbres déjà à terre s’avèrent également au programme. Deux étapes se distinguent dans le processus de destruction. La première indique que les dégâts initiaux proviennent de l’impact de fortes rafales descendantes de vent dans le couvert végétal. Les arbres se brisent généralement à la fin de cet épisode. La deuxième démontre que, lorsque la surface des zones endommagées atteint cinq fois la hauteur moyenne des arbres, le vent accélère. Dès lors, ce sont les arbres situés en bordure de ces zones qui se couchent rapidement. Cette modélisation ultra-précise peut même identifier la formation de « couloirs à vent ». Facilement reconnaissables après la tempête, ils laissent des traînées à travers la forêt. Un peu comme si une tornade était passée.
Publiés en 2015, ces résultats vont grandement aider les sylviculteurs dans leurs tâches et permettre de faire des préconisations importantes en termes d’aménagement ou de réaménagement du territoire. Un travail à effectuer d’urgence car, on le sait, la fréquence des tempêtes va s’accentuer dans les années à venir.
 

VIDEOS

Sylviculture, Forêts et Tempêtes

Dégâts dus à la tempête
© © INRA, RAFFIN Annie
La tempête Klaus du 24 janvier 2009 a durement affecté le massif forestier landais et les forêts du Sud-Ouest, bouleversant les écosystèmes et l'économie de la filière forêt-bois aquitaine. Cet épisode climatique extrême rappelle les tempêtes survenues en 1999 qui avaient profondément touché les différents massifs forestiers français. De nombreux travaux de recherche ont été conduits en France et en Europe sur les interactions entre les systèmes forestiers et le vent, de la physiologie et de la biomécanique de l'arbre à la modélisation des écoulements, à l'économie forestière et la gestion des risques. Le carrefour de l'innovation organisé par l'Inra le 30 juin 2009 à Pessac-Bordeaux, a été l'occasion de présenter l'état des connaissances acquises et les innovations disponibles pour gérer la crise et reconstituer au mieux les peuplements endommagés. > Voir les vidéos du colloque

À lire

. © Inra, quae
© Inra, quae

Pourquoi les écosystèmes forestiers sont-ils si vulnérables aux tempêtes ? Pourquoi de tels aléas se produisent-ils ? Comment en limiter les effets ? Cet ouvrage de synthèse apporte les réponses de la communauté scientifique à ces questions.

Editions Quae, collection Synthèses, 434 pages, 2009

Auteurs : Yves Birot, Guy Landmann, Ingrid Bonhême

> Plus d'infos