• Reduce text
  • Restore text size
  • Increase the text
  • Print
Marché traditionnel flottant thaillandais où l'on trouve fruits, légumes et plats cuisinés à consommer sur place.. © © INRA, LE BASTARD Chloé

Séminaire systèmes alimentaires durables 18 décembre 2013

Ce séminaire destiné aux scientifiques a été l'occasion d'échanger sur la manière d'orienter les recherches sur les systèmes alimentaires durables.

By Pascale Mollier
Updated on 01/09/2014
Published on 01/09/2014

 Le séminaire a permis d’échanger, entre chercheurs, sur les différents angles d’attaques des recherches sur les systèmes alimentaires durables, présents et futurs. Un des messages principaux est la nécessité de développer les interfaces thématiques et disciplinaires pour appréhender la question dans toute sa complexité. Ce qui passe par l'organisation des métaprogrammes au niveau de l'Inra (programme GloFoods en construction : "Etude des transitions pour la sécurité alimentaire mondiale") et, au delà, par l'établissement de stratégies de collaboration en Europe et au-delà.

Des connaissances à exploiter, des questions à reformuler

Tous les aspects de la chaine alimentaire ont été évoqués, de la production à la transformation et à la consommation. Il a été question à la fois de gestion durable des ravageurs dans les champs, d'allocation des terres, de circuits courts, d'alimentation des villes et du rôle des consommateurs.

Plus globalement, les intervenants ont insisté sur les interrelations entre les systèmes alimentaires et les autres systèmes de production utilisant des ressources communes : production d'énergie ou de biomatériaux. D'où la nécessité d'une approche systémique  pour articuler les secteurs alimentaires et non alimentaires.

Des questionnements portent sur les équilibres ou déséquilibres entre disponibilités agricoles et besoins alimentaires et sur la nécessité de les traiter à l'échelle globale avec des modèles qui intègrent les aspects biogéophysiques (potentiel des sols) et les aspects économiques (rôle clé des prix et des intrants).

Des recherches sont également nécessaires pour mieux connaître les impacts santé des aliments en fonction de leur formulation : sur l'exemple de la filière lait, il a été montré que si l'on sait bien évaluer et maîtriser la qualité bactériologique des produits tout au long de la chaîne de transformation, ainsi que les coûts des différents procédés, en revanche, nous manquons de connaissances sur l'impact de ces procédés sur les propriétés des aliments : leur valeur nutritionnelle et leur bénéfice santé. Ces connaissances pourraient pourtant être très utiles pour orienter l'évolution de la formulation vers des produits plus sains (moins salés, moins gras). Ces changements nécessiteront de concilier les incitations vers les industriels et celles vers les consommateurs.

L'innovation ne sera donc pas seulement technique, mais organisationnelle, embarquant tous les acteurs impliqués de l'amont à l'aval.

Des perspectives et des opportunités pour la recherche

Ce séminaire se prolonge par une école chercheurs sur l’écoconception des aliments programmée début février 2014.

L'eranet Susfood, dédié à la durabilité de l'alimentation de la production à la consommation et coordonné par l'Inra, ouvrira son deuxième appel à projets mi-janvier 2014, avec un financement ANR conséquent pour des projets impliquant des équipes françaises, sous réserve d'avoir trois pays financeurs et des collaborations avec des industriels. Les pré-propositions seront à envoyer mi-janvier, les propositions définitives en octobre 2014 pour un démarrage des projets en 2015. Une opportunité à saisir pour les équipes de l'Inra. Les mots-clés en seront : procédés flexibles, résilients, efficaces, nouvelles ressources alternatives, modélisation,...