Si cette lettre d’information ne s’affiche pas correctement, aller à la version en ligne

. © Inra Chercheur à l'Inra
N° 50
  25 janvier 2017  
. © Inra
  Dès demain, 32 postes permanents de chercheurs sont à pourvoir  

En 2017, nourrissons des projets qui nourrissent le monde ! L'Institut invite ces futurs collaborateurs à rejoindre ses équipes scientifiques investies sur les grands défis de demain : stabiliser le réchauffement climatique, réduire l’insécurité alimentaire, assurer la transition énergétique, construire les agricultures du futur, préparer Open Science et Big Data

L'Inra recrute 32 chercheur(e)s dans de nombreuses thématiques scientifiques relevant des sciences du vivant, des sciences de la matière et des sciences humaines et sociales. Ces recrutements sont accessibles sans condition de nationalité aux titulaires d'un doctorat. Vos démarches sont facilitées avec l'inscription en ligne : les inscriptions au concours sont attendues jusqu'au 1er mars 2017. L'inscription par dossier de candidature papier reste possible jusqu'au 3 mars 2017.

> En savoir plus
> Cliquez ici dès jeudi 26 janvier pour voir les profils proposés et télécharger le dossier de candidature

Jusqu’au 27 février 2017, l’Inra recrute également des chercheurs en début de carrière ou expérimentés, et des ingénieurs de recherche débutants ou confirmés en situation de handicap.

> S'inscrire, en savoir plus

L'Inra recrute

L'actualité des offres et opportunités d'intégrer les équipes de l'Inra.

L'Inra recrute 32 chercheurs. © Inra
Jusqu'au 3 mars 2017, l’Inra recrute 32 chercheur(e)s

En 2017, l’Inra propose à 32 chargé(e)s de recherche, de toute nationalité, de venir renforcer les équipes en place. Les inscriptions sont ouvertes du 26 janvier au 1er mars (pour l'inscription en ligne) ou au 03 mars 2017 (pour l'inscription papier).

Politique Handicap : l’Inra recrute des chercheurs et ingénieurs sur projet
Politique handicap : l’Inra recrute des chercheurs et ingénieurs sur projet

Chaque année, des dispositifs de recrutement spécifiques s’offrent aux personnes en situation de handicap. Jusqu’au 27 févier 2017, l’Inra recrute des chercheurs en début de carrière ou expérimentés, et des ingénieurs de recherche débutants ou confirmés.

Jusqu'au 16 mars 2017, l'Inra recrute 88 ingénieur(e)s, cadres, technicien(ne)s et personnels administratifs. © Inra
Jusqu'au 16 mars 2017, l'Inra recrute 88 ingénieur(e)s, cadres, technicien(ne)s et personnels administratifs

Les recrutements sont ouverts dans des domaines professionnels très variés dans les métiers de la recherche et ceux de l'appui à la recherche, du CAP à Bac +8. Les profils d'emploi sont répartis dans toutes les régions de France. Les inscriptions sont ouvertes du 14 février au 16 mars 2017.


Mobilités internationales

Programmes de mobilité AgreenSkills et AgreenSkills+ : encourager les trajectoires internationales des chercheurs
Carrières et talents

À travers un panel de plus de 50 disciplines scientifiques et de plus de 70 métiers, l'Inra propose des missions dans des domaines variés pour répondre aux grands enjeux du XXIe siècle : assurer une alimentation saine et de qualité, une agriculture compétitive et durable ainsi qu'un environnement préservé et valorisé.

Julie Jimenez est chargée de recherche Inra au Laboratoire de biotechnologies de l’environnement (LBE) de Narbonne. © Inra
Entre ses mains, les déchets sont un trésor

Depuis 2015, Julie Jimenez est chargée de recherche Inra au Laboratoire de biotechnologies de l’environnement (LBE) de Narbonne, un des leaders internationaux des procédés biologiques de traitements des déchets organiques.

Lauriers 2016 : Laurier Défi scientifique, Raphaël Mercier
Contenu multimédia
Raphaël Mercier, les grandes énigmes de la génétique végétale

Un brillant chercheur donne un coup de projecteur sur une plante modèle. Lauréat du Laurier Défi scientifique 2016, Raphaël Mercier est directeur de recherche dans le groupe « Méiose et recombinaison » de l’Institut Jean-Pierre Bourgin du centre Inra de Versailles-grignon.

Sabrina Gaba, chargée de recherche au laboratoire d’agroécologie du centre Inra Dijon Bourgogne Franche-Comté. © Inra, Ludovic Piquemal
Cap sur l’agroécologie

Chargée de recherche au laboratoire d’Agroécologie de Dijon, Sabrina Gaba s’intéresse aux communautés de plantes sauvages. Elle montre que ces plantes qui poussent par elles-mêmes dans les champs ou dans leurs bordures ont toute leur place dans un agroécosystème, et qu’une réduction d’utilisation d’herbicides serait à la fois avantageuse pour les agriculteurs et la biodiversité des milieux agricoles.


Bourses L’Oréal-UNESCO Pour les Femmes et la Science : appel à candidatures

Agenda

MOOC Agroécologie
25 fév - 05 mars 2017
L’Inra au Salon international de l’agriculture 2017
Paris
27 fév 2017
L’étiquetage au service d’une alimentation durable. Le point de vue des consommateurs
Paris


Du côté des recherches
Les circuits courts rapprochent les producteurs des consommateurs. dossier grand public. © Inra, Christian Slagmulder
Les circuits courts rapprochent les producteurs des consommateurs

Réduire les barrières qui se dressent entre les producteurs et les consommateurs, en revalorisant les intermédiaires qui s’engagent pour soutenir l’agriculture locale, voilà le pari des circuits courts. Il en existe une vingtaine de formes, depuis la vente directe jusqu’à la jusqu’à la restauration collective, en passant par les Amap ou le e-commerce. Depuis les années 2000, l’Inra étudie ces modes de commercialisation, innovants ou en renouvellement, et s’efforce d’accompagner leur développement.

Mission aux Iles Kerguelen. © Inra, Philippe Gaudin / UMR ECOBIOP
L’écologie des poissons jusqu'au bout du monde #MissionKerguelen

Depuis plusieurs décennies, des chercheurs de l’Inra analysent les populations de poissons introduits par l’homme dans l’archipel des Kerguelen, des terres exemptes, jusque dans les années 1960, de tout peuplement piscicole.

Les laboratoires de l'unité MICALIS, situés face aux bureaux, bénéficient d'une lumière naturelle importante.. © Bertrand NICOLAS - Inra, NICOLAS Bertrand
Asthme : un effet « santé » des bactéries pulmonaires pour la première fois démontré

Des chercheurs de l’Inra* en collaboration avec leurs collègues de l’Université de Gand (Belgique) révèlent pour la première fois que certaines bactéries présentes dans les poumons peuvent être associées à des effets bénéfiques ou délétères sur l’asthme. Ces travaux, publiés dans The ISME Journal le 3 janvier 2017, montrent que la communauté microbienne présente dans les poumons (microbiote pulmonaire) constitue une source encore inexplorée de bactéries, ou de molécules produites par des bactéries, pouvant atténuer certaines pathologies respiratoires comme l’asthme.


Une nouvelle piste pour comprendre pourquoi la virulence des souches de prions varie en fonction des cellules qu'elles infectent

Additif alimentaire E171 : les premiers résultats de l’exposition orale aux nanoparticules de dioxyde de titane

Pour une viticulture durable et de qualité : les résistances génétiques au cœur d’une stratégie globale

Microbiote : un nouvel éclairage sur le devenir des fibres alimentaires dans notre intestin

Diviser pour régner ou comment la diversité des plantes accroît la durabilité de leur résistance

Conflits d’intérêt et publications sur le sujet des plantes OGM Bt

Une avancée majeure dans la caractérisation des gènes de résistance du tournesol au mildiou

Appel à projets CASDAR Semences et sélection végétale 2017

jobs.inra.fr : Chercheur à l'Inra
Institut national de la recherche agronomique
147 rue de l'Université
75338 Paris Cedex 07
tél. +33(0)1 42 75 90 00
Directrice de la publication : Sandrine Seban
Rédactrice en chef : Julie Cheriguene

Se désabonner de la lettre électronique