Si cette lettre d’information ne s’affiche pas correctement, aller à la version en ligne

. © Inra Chercheur à l'Inra
N° 56
  26 janvier 2018  
. © Inra
  Dès lundi 29 janvier, 32 postes permanents de chercheurs sont à pourvoir  

Travailler à l'Inra, c'est s'engager dans « une aventure collective, exigeante, nourrie de l’équilibre entre recherche fondamentale et appliquée, et avant tout humaine », rappelait Philippe Mauguin, président directeur général de l’Institut, à l’occasion de la cérémonie des Lauriers 2017. Rejoignez-nous, et prenez une part active à relever des défis majeurs : assurer la sécurité alimentaire et nutritionnelle de 9 milliards d’êtres humains, gérer plus durablement les ressources de la planète en préservant la biodiversité et la santé, lutter contre un changement climatique préoccupant.

L'Inra recrute 32 chercheur(e)s dans de nombreuses thématiques scientifiques relevant des sciences du vivant, des sciences de la matière et des sciences humaines et sociales. Ces recrutements sont accessibles sans condition de nationalité aux titulaires d'un doctorat.
Vos démarches sont facilitées avec deux modes d'inscription possibles : les inscriptions par dossier de candidature papier sont attendues jusqu'au 28 février, l'inscription en ligne reste possible jusqu'au 5 mars 2018.
> En savoir plus
> Cliquez ici dès lundi 29 janvier pour voir les profils proposés et télécharger le dossier de candidature

Jusqu'au 26 février 2018, l'Inra recrute également des chercheurs et des ingénieurs de recherche débutants ou confirmés en situation de handicap.
> S'inscrire, en savoir plus

L'Inra recrute

L'actualité des offres et opportunités d'intégrer les équipes de l'Inra.

Du 29 janvier au 5 mars 2018, l’Inra recrute plus de 30 chercheur(e)s
Jusqu’au 5 mars 2018, l'Inra recrute 32 chercheur(e)s

Rejoindre l’Inra, c’est avoir la liberté d’exprimer son talent au sein d’un collectif inventif et audacieux. En 2018, l’Inra propose à 32 chargé(e)s de recherche, de toute nationalité, de venir renforcer les équipes en place. Les inscriptions étaient ouvertes du 29 janvier au 28 février (pour l'inscription papier) et au 05 mars 2018 (pour l'inscription en ligne). Vous ne pouvez désormais plus vous inscrire.

L’Inra recrute des chercheurs et ingénieurs en situation de handicap
L’Inra recrute des chercheur(e)s et ingénieur(e)s en situation de handicap

L’Inra recrute des chargé(e)s de recherche et des ingénieur(e)s de recherche débutants et confirmés en situation de handicap. Les candidatures étaient attendues jusqu’au 26 février 2018. Vous ne pouvez désormais plus vous inscrire.

Carrières et talents

À travers un panel de plus de 50 disciplines scientifiques et de plus de 70 métiers, l'Inra propose des missions dans des domaines variés pour répondre aux grands enjeux du XXIe siècle : assurer une alimentation saine et de qualité, une agriculture compétitive et durable ainsi qu'un environnement préservé et valorisé.

Portrait de Jean-Michel Chardigny, novembre 2017. © Inra, Christophe Maitre
Jean-Michel Chardigny, précieux maillon de la chaîne alimentaire

Après avoir été chercheur – pendant une quinzaine d’années – puis directeur d’unité, Jean-Michel Chardigny est désormais chargé de partenariat et d’innovation (CPI) pour le domaine « Protéines pour l’alimentation humaine et animale » à l’Inra. D’humeur joviale et d’une curiosité sans borne, il cherche en permanence à s’améliorer, et surtout, à être au plus proche de la réalité de la chaîne alimentaire. Rencontre, entre deux rendez-vous, avec un homme engagé.

Portrait de Vincent Requillart, directeur de recherche à la Toulouse School of Economics, unité mixte de recherche du centre Inra Occitanie-Toulouse © DRCopyrith, Baptiste Hamousin
L’économiste en mouvement

Vincent Requillart est un homme discret. Avec son timbre de voix posé et son regard franc, il laisse s’installer les silences. Les virages qui ont dessiné sa carrière d’économiste à l’Inra, il les explique simplement : « parce j’ai la chance de pouvoir choisir mes sujets et ceux avec qui je travaille. » Il pèse ses mots, pour aller au plus juste. Et fait fructifier ses collaborations, pour nourrir son esprit d’aventure.

A. Regnier, sociologue au sein de l'UR Alimentation et sciences sociales, centre Inra Île-de-France - Versailles-Grignon. © Quentin Crestinu
Faustine Régnier, pour un éclairage sociologique de l’alimentation

Alimentation, perception du corps et normes

Karen Macours est directrice de recherche Inra au sein de l’UMR Paris School of Economics (Inra, EHESS,  CNRS, ENPC, ENS).  © Benoit Galibert
Karen Macours, appelée à diriger l'instance indépendante d'évaluation du CGIAR

CGIAR, partenariat mondial de recherche agricole pour un futur sans faim


La revue "Genes" récompense Unai Escribano-Vazquez, doctorant en microbiologie
Carnet de mission

Afin d'entretenir la dynamique d'excellence scientifique et de poursuivre sa mission de formation à la recherche par la recherche, l'Inra encourage les échanges et la mobilité internationale des chercheurs vers ou depuis la France.

Programmes de mobilité AgreenSkills et AgreenSkills+. © INRA
Programmes de mobilité AgreenSkills et AgreenSkills+ : encourager les trajectoires internationales des chercheurs

Les programmes AgreenSkills et AgreenSkills+, coordonnés par l'Inra, favorisent la mobilité internationale des jeunes chercheur(e)s et des chercheur(e)s confirmé(e)s vers ou depuis la France. Ils offrent des conditions attractives d’accueil et de recrutement, dans toutes disciplines et sans condition de nationalité. Le dernier appel à candidatures était ouvert jusqu’au 8 février 2018.

Mobilités internationales © BEAUCARDET William
Mobilités internationales

Chaque année, l’Inra accueille près de 1 500 chercheurs et étudiants étrangers au sein de ses laboratoires. Des offres sont proposées en continu sur le site jobs.inra.fr. Le site Internet « PhD in France » regroupe par ailleurs les offres de thèses en France ouvertes aux étudiants étrangers anglophones.


Agenda
11-16 fév 2018
Formation internationale sur la Protection AgroEcologique des Cultures (PAEC)
Volterra, Italie
24 fév - 04 mars 2018
L’Inra au Salon international de l’agriculture 2018
Paris


Du côté des recherches
Vigne traitée au sulfate de cuivre. © wikimedia, Pg1945
Peut-on se passer du cuivre en agriculture biologique ?

L’Inra (Délégation à l'Expertise scientifique collective, à la Prospective et aux Etudes) a livré le 16 janvier 2018 une expertise scientifique collective sur les leviers disponibles pour réduire l’usage du cuivre en protection des cultures biologiques. Cette expertise a été réalisée à la demande conjointe de l’Institut technique de l’agriculture biologique (Itab) et d’un programme fédérateur de recherche Inra (Métaprogramme SMaCH*). La démarche d’examen de la littérature adoptée et les résultats sont potentiellement applicables à d’autres problématiques agricoles cherchant à limiter ou éviter la consommation de certains intrants.

Mouvements flagellaires d'un spermatozoïde de bélier. © Inra, DACHEUX F.
Les perturbateurs endocriniens, un casse-tête pour la recherche

Le terme « perturbateur endocrinien » est apparu en 1991 à l’initiative de l'écotoxicologue américaine Théo Colborn, mais n’a reçu une définition officielle de l’OMS qu’en 1999. Deux critères sont requis : interférence avec le fonctionnement des hormones et toxicité sur l’organisme.

Reportage sur l’impact du changement climatique sur la production de truffe avec l’unité « Interactions Arbres Microorganismes », Inra Nancy.
Contenu multimédia
Coup de chaud sur la truffe

La truffe se fait rare et son prix flambe. Éprouvé par des étés de plus en plus secs, le précieux champignon risque-t-il de disparaître de nos menus de Noël ? L’Inra coordonne actuellement un programme de recherche participative pour comprendre et contrecarrer les effets néfastes du changement climatique sur la production de truffes. Partez à la poursuite du diamant noir avec l’unité « Interactions Arbres Microorganismes » le temps d’un reportage vidéo.

Diversité des pratiques boulangères, biodiversité associée à la filière (blé panifiable, micro-organismes utilisés dans les levains), impacts sur la qualité du pain… autant d’aspects étudiés par le projet de recherche participative Bakery
Contenu multimédia
Biodiversité des levains pour des pains de qualité

Diversité des pratiques boulangères, biodiversité associée à la filière boulangerie (terroir, variétés de blé tendre, micro-organismes des levains), impacts sur la qualité nutritionnelle et sensorielle du pain… autant d’aspects étudiés par le projet de recherche participative Bakery. Découvrez-le en images.

. © Inra
Climat, sols, forêts, agroécologie, virus émergents : l’Inra et ses partenaires chinois annoncent des collaborations d’excellence

Philippe MAUGUIN, PDG de l’Inra a signé le 10 janvier 2018 à Pékin, à l’occasion de la visite en Chine du Président de la République française accompagné des Ministres en charge de l’agriculture et de la recherche, plusieurs accords en vue de renforcer des collaborations d’excellence avec ses partenaires chinois. Ces nouveaux Laboratoires internationaux associés rejoindront ECOLAND lancé en 2015, entre l’Inra et l’Université Sun Yat-Sen de Canton (SYSU), qui travaille d’ores et déjà sur la remédiation des territoires contaminés et des services écosystémiques associés. Ces collaborations s’inscrivent pleinement dans l’année franco-chinoise de l’environnement qui vient d’être annoncée par les Présidents de la République française et chinoise lors de leur rencontre.


L'Inra obtient l'inscription au catalogue de quatre variétés sélectionnées pour la viticulture durable

Exploiter la diversité des cépages pour s’adapter au changement climatique

Installer des potagers sur les toits pour une ville durable

Un dispositif expérimental inédit pour scruter les effets de la biodiversité sur le fonctionnement des écosystèmes

Création d’une unité Inra et ENVT, dédiée aux innovations thérapeutiques pour réduire l’usage des médicaments en élevage

jobs.inra.fr : Chercheur à l'Inra
Institut national de la recherche agronomique
147 rue de l'Université
75338 Paris Cedex 07
tél. +33(0)1 42 75 90 00
Directrice de la publication : Sandrine Vinzant
Rédactrice en chef : Julie Cheriguene

Se désabonner de la lettre électronique