• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Gestion de l'eau

L’une des grandes problématiques sociales que le Grenelle de l’Environnement a remis sur le devant de la scène est la gestion des ressources en eau. La recherche agronomique travaille pourtant sur ce sujet depuis de nombreuses années. Afin de rendre compte de l’importance de ces travaux scientifiques, des chercheurs de l’Inra ont publié un article de synthèse. Ce papier offre un tour d’horizon des outils mis au point par les agronomes pour assister les différents acteurs chargés de la gestion de l’eau. Aussi bien au niveau de la quantité comme de la qualité de l’eau, ces outils, qui utilisent souvent la modélisation et la simulation, sont déjà à l’œuvre afin de permettre une gestion rationnelle et durable de ce bien commun.

Lac de l'Abbaye, près de St Laurent en Grandvaux, Jura. © BOSSENNEC Jean-Marie
Mis à jour le 24/02/2014
Publié le 14/02/2012

Pour les gestionnaires de l’eau, il est important d’anticiper les demandes en eau pour tous les usages, qu’ils soient agricoles, industriels ou autres. Or, de très nombreuses variables (météorologie, nature des cultures, itinéraires techniques choisis par les exploitants…) sont en jeu. Voilà pourquoi, depuis une vingtaine d’années, la recherche agronomique développe des outils informatiques d’aide à la gestion quantitative de l’eau. Parmi les plus récents, on peut citer CRASH, développé par l’Inra de Toulouse (1). Ce simulateur, destiné aux conseillers techniques, permettra de choisir le meilleur assolement et le meilleur itinéraire technique à l’échelle d’une exploitation, en fonction de scénarios de disponibilité en eau. ADEAUMIS, autre outil développé par l’Inra et ses partenaires, est utilisé régulièrement par la Compagnie d’Aménagement des Coteaux de Gascogne. Il permet, à l’échelle d’un territoire, de réaliser un partage rationnel des ressources en eau entre les agriculteurs et les autres utilisateurs. En intégrant des scénarios climatiques et les besoins en eau d’irrigation, l’outil aide les gestionnaires à allouer des quotas d’eau d’irrigation aux agriculteurs ne dépassant pas les stocks disponibles. Dossier Alimentation du futur - Gestion de l'eau. © Inra, Gilles Cattiau
Dossier Alimentation du futur - Gestion de l'eau © Inra, Gilles Cattiau

 
La qualité de l’eau est aussi un enjeu important auquel la recherche agronomique apporte sa contribution. Ainsi, l’Inra et ses partenaires ont développé des outils informatiques de diagnostic permettant d’identifier les zones à risque concernant les pertes en nitrate dans les eaux souterraines. Ces outils permettent, par exemple, de choisir la meilleure distribution des parcelles cultivées afin de maintenir ou restaurer la qualité de l’eau. En effet, le choix des cultures et des techniques agricoles, notamment au niveau des bassins de captage, sont des facteurs critiques qui définissent la qualité de l’eau.
 
Sur chaque territoire, on trouve un certain nombre d’acteurs ayant leurs propres intérêts et leur propre vision de la ressource "eau". Difficile, bien souvent, de trouver un langage et un point de vue commun. Les agronomes, par le biais de « recherches-interventions », en réunissant tous ces acteurs, font émerger des souhaits et des besoins qu’ils peuvent ensuite modéliser ou quantifier. Par exemple, ils peuvent apporter un éclairage sur le besoin ou non de la construction d’une réserve d’eau pour alimenter un territoire. Des démarches facilitant la concertation ont été proposées, qui débouchent alors sur des actions de terrain associant chercheurs, pouvoirs publics et autres acteurs. Exemple : la réorganisation territoriale entreprise à partir de 1987 afin de protéger la ressource en eau minérale de Vittel.

Pour conclure cet article, les chercheurs se prononcent pour une plus grande imbrication des recherches sur les aspects quantitatifs et qualitatifs de la gestion de l’eau. En effet, jusqu’à présent, ces deux volets ont souvent été séparés alors que la quantité d’eau disponible affecte sa qualité, par exemple, en jouant sur la dilution d’éléments chimiques. Ce décloisonnement des domaines d’expertise permettra une plus grande contribution de la recherche agronomique à la gestion durable et raisonnée des ressources en eau.

(1) En collaboration avec ARVALIS - Institut du végétal et le Cétiom.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Jacques-Eric Bergez (05 34 28 50 37) AGrosystèmes et développement terrItoRial, Unité mixte de recherche Inra-INP-Toulouse-Ensat
Contact(s) presse :
Service Presse INRA (01 42 75 91 86 )
Département(s) associé(s) :
Sciences pour l’action et le développement
Centre(s) associé(s) :
Occitanie-Toulouse

Référence :

Delphine Leenhardt, Jacques-Eric Bergez, Marc Benoît. Quelques contributions de la recherche agronomique à la gestion de l’eau en réponse au Grenelle de l’Environnement. Agronomie, environnement et sociétés, vol.1, n°1, octobre 2011.