• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Lutèce®, une variété résistante initie la renaissance de l'orme à Paris

L'orme, familier des avenues et bois parisiens comme des haies bocagères, a en grande partie disparu en France dans les années 1970 à la suite d'une épidémie de graphiose dévastatrice. Des recherches entreprises dès lors par l'Inra, en collaboration avec les Pays-Bas, ont abouti aujourd'hui à une nouvelle variété, résistante et bien adaptée aux conditions européennes.

Pesotum ulmi, graphiose de l'orme.. © Inra, BONDOUX Paul
Mis à jour le 15/12/2014
Publié le 15/04/2005

L'orme, une espèce décimée en Europe par une épidémie foudroyante

La graphiose est une maladie mortelle de l'orme causée par un champignon microscopique qui se propage d'un arbre à l'autre véhiculé par un insecte - le scolyte - ou par la greffe de racines entre arbres voisins. Une première épidémie, présumée d'origine asiatique, a touché les ormes européens au début du XXe siècle. L'agent pathogène a ensuite été introduit en Amérique du Nord, d'où il est revenu en 1970, véhiculé par des grumes d'orme, sous une forme plus agressive. L'épidémie a alors été foudroyante : plus de 25 millions d'arbres ont succombé en Grande-Bretagne ; en France les pertes ont été considérables dans les haies bocagères comme dans les alignements urbains. Ainsi, l'orme qui représentait la troisième espèce d'arbres urbains à Paris a été détruit à 97 %. La restauration de cette espèce est importante pour la biodiversité : pour l'espèce en tant que telle, bien adaptée aux conditions climatiques européennes, pour ses usages ornementaux et son rôle dans les haies qui contribue à la diversité de la faune.

Créer des variétés résistantes, la voie privilégiée pour une vraie renaissance de l'orme

Les traitements fongicides, efficaces seulement à titre préventif, sont délicats et onéreux et, de ce fait, réservés aux arbres remarquables. Aucun traitement insecticide ne permet de réduire les populations de scolytes sans dommage sur la faune tandis que la destruction des greffes entre arbres voisins est difficile à mettre en œuvre. C'est pourquoi les recherches se sont orientées vers la sélection de variétés résistantes à la graphiose et adaptées aux milieux européens. Les travaux de l'Inra et du Cemagref ont montré que les ormes européens sont sensibles à la graphiose. Les variétés asiatiques sont résistantes sans présenter les mêmes caractéristiques ornementales.

Une collaboration, initiée en 1975 avec un chercheur de l'institut d'Alterra (Pays-Bas), a permis de créer de nouvelles variétés par croisement et de les évaluer en conditions naturelles au Bois de Vincennes (Paris) et après inoculation contrôlée dans les centres Inra de Nancy et Angers.
La variété Lutèce est issue de ce travail. Elle réunit la résistance à la graphiose, des qualités ornementales et une bonne adaptation aux conditions climatiques françaises et européennes. Outre son usage urbain, Lutèce est aussi expérimentée par l'Institut pour le Développement forestier pour la reconstitution de haies dans l'Ouest de la France. D'autres variétés sont en cours de sélection pour permettre de restaurer une diversité génétique nécessaire à l'avenir de l'Orme.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Jean Pinon UMR1136 Interactions arbres-microorganismes
Département(s) associé(s) :
Écologie des forêts, prairies et milieux aquatiques
Centre(s) associé(s) :
Grand Est - Nancy