• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Collection de lignées d'insertion d'ADN-T d'Arabidopsis thaliana en fleurs générées dans les serres d'Amélioration des Plantes de Versailles. © WEBER Jean

Génoplante, avenir et histoire

Génoplante a pour ambition d’accéder aux informations génomiques des principales plantes cultivées. Daniel Richard Molard, du ministère en charge de la Recherche, et Michel Boucly, directeur des engagements et du développement, retracent l’histoire et les enjeux de ce groupement d’intérêt scientifique, qui réunit des acteurs de la recherche publique et privée.

Par Mollier Pascale (01 42 75 94 23)
Mis à jour le 24/01/2013
Publié le 16/01/2013

Génoplante - de son vrai nom "Programme fédérateur de génomique végétale"- est un groupement d'intérêt scientifique (GIS), créé en 1999, associant à parité la recherche publique et privée française au service d'un même objectif : mieux comprendre le patrimoine génétique des plantes.
Côté public, il regroupe l'Inra, le Cirad, l'Institut de recherche pour le développement (IRD) et le CNRS. Côté privé figurent Biogemma et ses associés semenciers, Vilmorin et Cie, Euralis et la RAGT, Sofiprotéol et Arvalis Institut du végétal. Le principe du GIS est simple : chacun apporte ses compétences, son savoir-faire et ses moyens, au service d'objectifs scientifiques partagés et d'une éthique commune, retracée dans la "Charte Génoplante".
Le but principal est de développer des programmes d'analyse du génome de différentes espèces. Ce décryptage doit permettre d'identifier des gènes utiles au développement de ces plantes et d'améliorer ainsi leurs qualités techniques, environnementales et nutritionnelles, tout en renforçant la sécurité alimentaire.

 

Film réalisé en 2009 par Gérard Paillard.