• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Reportage photographique réalisé en novembre 2009 en  GUYANE  française à l'unité Ecologie des forets de  GUYANE . Echantillonnages réalisés sur le terrain afin d'inventorier la diversité des espèces forestières de la forêt tropicale guyanaise.. © © INRA, MAITRE Christophe

Le climat change : la nature et l’agriculture aussi !

Par Pascale Mollier
Mis à jour le 20/02/2015
Publié le 20/02/2015

Ce dossier fait le point sur les impacts connus du changement climatique et les moyens d’actions, d’une part pour freiner les émissions de gaz à effet de serre, et d’autre part pour adapter l’agriculture et la sylviculture.

La température moyenne de la surface de la Terre a augmenté de 0,8°C entre 1860 et 2000. Chacune des trois dernières décennies a été la plus chaude que l’on connaisse depuis que l’on dispose de données climatologiques fiables. L’année 2014 a été la plus chaude jamais enregistrée au plan mondial.

Des facteurs naturels, liés aux variations de l’énergie solaire, aux éruptions volcaniques, etc. interviennent dans la modification du climat. Cependant, la communauté scientifique internationale conclut : « Il est extrêmement probable que les activités humaines soient la principale cause du réchauffement depuis le milieu du 20e siècle », [GIEC, 2013]

Plusieurs tendances, effets présumés de ce réchauffement, ont été observées sur les milieux naturels et cultivés, par exemple, l’avancée de la floraison chez certaines espèces ou une croissance augmentée chez certains végétaux. Mais le changement climatique est aussi porteur d’effets négatifs : extension des ravageurs et pathogènes, augmentation des évènements climatiques extrêmes, tempêtes et sécheresses, ces dernières pouvant causer des dépérissements des forêts et favoriser des départs d’incendies.

Face à ce constat, scientifiques et politiques se mobilisent pour une agriculture « climatointelligente », un nouveau concept qui inclut une adaptation de l’agriculture mais aussi des modèles alimentaires pour diminuer l’émission des gaz à effet de serre.

Ce dossier fait le point sur les impacts connus du changement climatique et les moyens d’actions pour freiner les émissions de gaz à effet de serre.

Télécharger la plaquette : Plaquette changement climatique

Les gaz à effet de serre

Gaz à effet de serre d'origine humaine. © Inra
Gaz à effet de serre d'origine humaine © Inra
Activités humaines participant aux émissions de gaz à effet de serre. © Inra
Activités humaines participant aux émissions de gaz à effet de serre © Inra
   

Les gaz à effet de serre (essentiellement vapeur d’eau, gaz carbonique, méthane, dioxyde d’azote) sont présents naturellement dans l’atmosphère. Ils contribuent à intercepter le rayonnement infrarouge émis par la Terre, provoquant ainsi une élévation de la température de surface. Sans cet effet de serre, la Terre aurait une température moyenne de -18°C au lieu de 15°C.

Les activités humaines provoquent des émissions de gaz à effet de serre qui accentuent la rétention de chaleur autour de la Terre. L’agriculture (et la forêt) contribuent pour 3%, 76% et 70% aux émissions de dioxyde de carbone, de dioxyde d’azote et de méthane, respectivement, ce qui représente 18% des émissions totales de gaz à effet de serre liées aux activités humaines.