• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Reportage photographique réalisé en novembre 2009 en  GUYANE  française à l'unité Ecologie des forets de  GUYANE . Echantillonnages réalisés sur le terrain afin d'inventorier la diversité des espèces forestières de la forêt tropicale guyanaise.. © © INRA, MAITRE Christophe

Le climat change : la nature et l’agriculture aussi !

Impacts sur les forêts

L’étude de l’impact du changement climatique sur les forêts tient compte à la fois de l’augmentation du CO2 et des modifications attendues des facteurs climatiques (réchauffement, sécheresses, tempêtes), avec des conséquences contrastées : augmentation de la productivité forestière, mais risques de sécheresse et de dépérissements.

Mis à jour le 20/02/2015
Publié le 20/02/2015

Arbre. © Inra, Christophe Maître
Arbre © Inra, Christophe Maître

Un allongement de la période de croissance

 Le réchauffement climatique avance la date de débourrement des bourgeons et retarde la chute des feuilles. Cet effet est déjà observé en Europe, ainsi qu’en Amérique du nord, où la période de croissance des arbres a augmenté d’une quinzaine de jours depuis 1960. Il est encore difficile d’établir avec certitude la part de cette augmentation dans l’accroissement observé de la productivité forestière, qui atteint 40 % par rapport à la première moitié du XXe siècle avec une variabilité régionale. L’augmentation de la concentration atmosphérique en CO2 et la présence d’azote dans les pluies sont d’autres facteurs explicatifs encore à l’étude.

 Un impact des sécheresses qui s’étale dans le temps

 Au-delà de la tendance progressive liée au réchauffement climatique, les forêts sont notablement affectées par les événements extrêmes, tels que la tempête de 1999 et les sécheresses de 2003, puis 2005-2006. Si les dégâts sur les jeunes plantations sont immédiatement visibles, les travaux ayant suivi la sécheresse de 1976 ont montré que ses conséquences ont porté sur une dizaine d’années. C’est donc un programme de suivi de longue durée qui a été mis en place.

 Des dépérissements ?

 Il semble hautement probable que des dépérissements touchant les peuplements de sapins dans des massifs du sud de la France (Vésubie, Ventoux, Aude) soient les signes annonciateurs des impacts du changement climatique sur certaines espèces forestières. Lire l'article.

 Croissance des arbres stimulée

 L’augmentation de la teneur de l’atmosphère en CO2 accélère la croissance des arbres. Grâce à des études expérimentales menées dans des serres, des équipes de chercheurs ont chiffré cette augmentation à 40 % pour un doublement de la teneur en CO2.

Selon les espèces, les conséquences de cette augmentation ne sont pas forcément positives pour plusieurs raisons :

• accroissement de la sensibilité des arbres aux contraintes du milieu (déséquilibres nutritionnels)

• dégradation des propriétés technologiques du bois (propriétés mécaniques, composition chimique).

 Réduction de la sensibilité des arbres à la sécheresse, variable suivant les espèces

 L’augmentation du CO2 atmosphérique réduit l’ouverture des stomates, orifices situés à la surface des feuilles par lesquels la plante absorbe le CO2 et laisse échapper de la vapeur d’eau. Les stomates des arbres réagissent différemment à l’augmentation du CO2 en fonction de l’espèce considérée.

Un guide de gestion des forêts

Un programme associant chercheurs et partenaires de la gestion des forêts (programme Dryade), a conduit à la publication d’un guide de gestion des forêts en crise sanitaire. Ce guide identifie des critères pour caractériser les différents stades d’une crise sanitaire en forêt. Plusieurs indicateurs quantitatifs sont proposés pour aider les gestionnaires à passer d’une gestion courante à une surveillance accrue, puis à une gestion de crise.

Lire l'article

Equipement d’excellence Equifor

Les chercheurs  d’un consortium public-privé ont conçu un équipement exceptionnel - EQUIFOR - pour déterminer l’impact du changement climatique sur l’écosystème forestier. Cet équipement unique au monde permet de contrôler l’apport d’eau grâce à un toit transparent et amovible situé à 2-3 m de hauteur, installé dans une hêtraie de Lorraine…

Lire l'article