• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Paris

05 nov 2019

Améliorer la qualité nutritionnelle des aliments

Améliorer la qualité nutritionnelle des aliments : quelles attentes des consommateurs ? Quelles difficultés ? Quelles solutions ?

Ce colloque des CIAg (Carrefours de l'Innovation Agronomique) aura pour objectif de dresser un état des lieux des évolutions engagées à ce jour en matière d’amélioration de la qualité nutritionnelle des aliments transformés, d'identifier les contraintes qui limitent son extension et de présenter les voies de solutions issues de recherches récentes qui permettent de dépasser les difficultés rencontrées.

Mis à jour le 03/10/2019
Publié le 21/08/2019

5 novembre 2019

Paris

  

L’amélioration de la qualité nutritionnelle des produits transformés constitue une voie d’action dont les effets potentiels sur la santé des populations sont généralement considérés comme significatifs. Ce constat explique qu’au cours des dernières années, elle ait été portée par les pouvoirs publics (PNA, PNNS, chartes de progrès nutritionnel en France) et demandée par les associations de consommateurs, et qu’elle soit devenue une préoccupation des entreprises agroalimentaires, se traduisant par des démarches de reformulation des produits existants ou le lancement de nouveaux produits améliorés sur le plan nutritionnel (contenant moins de sel, de sucre ou de matières grasses ou plus de fibres).

Des études récentes tendent néanmoins à montrer que les évolutions engagées au cours des dernières années restent d’ampleur modeste, en tout cas insuffisantes pour significativement impacter la qualité moyenne des consommations alimentaires. Ceci suggère que l’amélioration de la qualité nutritionnelle des aliments n’est pas si simple et vient butter sur un certain nombre de difficultés qu’il faut bien identifier. Celles-ci relèvent à la fois de dimensions technologiques (faisabilité, contraintes microbiologiques…) et/ou de contraintes d’acceptabilité des consommateurs (préférences sensorielles, dispositions à payer des produits reformulés …).

  

<< Inscriptions ouvertes >>

Programme

09:30 - 09:45 : accueil
> Philippe Mauguin ou Christine Cherbut, Inra

09:45 - 10:05 : séquence introductive
> Bilan des reformulations réalisées par l’industrie alimentaire au cours des dernières années ; impact sur les expositions des consommateurs
Julie Gauvreau, Anses

10:05 - 12h : Session 1 : préférences sensorielles du consommateur et reformulation des produits
> Approches par procédés physico-chimiques (PLEASURE)
Guanaelle Diler, Oniris
> Stratégies permettant de compenser les pertes organoleptiques associées à la reformulation des aliments dans un objectif nutritionnel.
Thierry Thomas-Danguin, Inra
> Enrichissement en fibres des produits céréaliers : aspects sensoriels – projet Céréfibres
Virginie Herbreteau, RMT Sensorialis

Discussion avec la salle

12h - 13h : Session 2 : reformulation des produits en jouant sur les procédés de transformation.
> Ajouter des fibres : contraintes technologiques
Guy Della Valle et Luc Saunier, Inra
 > Réduire l’imprégnation en sel des produits de charcuterie / changement de texture lors des étapes de transformation
Pierre Sylvain Mirade, Inra

Discussion avec la salle

13h - 14:30 : Déjeuner

14:30 - 15:20 : Session 2 (suite)
> Reconception des procédés domestiques de friture : Projet FUI Fry'in "des aliments frits moins riches en matières grasses"
Olivier Vitrac, AgroParisTech
> Focus : Reformulation nutritionnelle : démarches et outil simple destinés à l’accompagnement des entreprises
Stéphane George, CTCPA

Discussion avec la salle

15:20 - 16:20 : Session 3 : améliorer la matière première en couplant des innovations à l’échelle des filières
 > Associer blé et légumineuses, du champ aux gâteaux moelleux : variabilité matières premières / modification des process/ ingénierie reverse.
Camille Michon et Anne-Flore Monnet, Inra
> Viandes rouges, charcuteries et cancer du côlon: vers une prévention par modification des modes de production et d’élevage ?
Fabrice Pierre, Inra

Discussion avec la salle

16:20 - 16:50 : séquence conclusive
> Politiques publiques et amélioration de la qualité nutritionnelle des aliments
Carole Foulon, MAA-DGAL 
> Perspectives pour la Recherche et la R&D
Monique Axelos, Inra