Le projet APIVA : AquaPonie Innovation Végétale et Aquaculture

L’aquaponie permet de combiner productions végétales et élevage de poissons. Réunissant différents acteurs des  filières aquacole et horticole, le projet APIVA vise à tester et caractériser techniquement et économiquement  différents systèmes aquaponiques, en eau chaude ou froide, en vue d’un transfert de la technologie vers les professionnels. 

L’ aquaponie  ou l’art de conjuguer pisciculture, productions végétales et respect de l’environnement © Laurent Labbé
Mis à jour le 13/03/2015
Publié le 02/03/2015

Une méthode ancestrale complexe

L’aquaponie est une technique de production ancestrale, répandue à travers le monde (on en retrouve la trace en Amérique Centrale chez les Aztèques ou en Asie associée aux rizières) qui permet de produire en symbiose poissons et productions végétales. 

Cette technique repose sur la constitution d’un écosystème combinant trois familles d’organismes vivants différents dans un même cycle écologique :

  • Des poissons (d’eau chaude ou froide) qui produisent des déjections riches en azote (azote ammoniacal et urée) et en phosphore,
  • Des bactéries aérobies qui transforment l’azote ammoniacal et l’urée en nitrite (Nitrosomas spp.) puis nitrate (Nitrobacter spp.) assimilable par les plantes,
  • Des plantes cultivées hors-sol qui utilisent les nutriments en solution dans l’eau d’élevage des poissons.

La maîtrise de cet écosystème repose sur un juste équilibre à atteindre entre les tailles des différentes populations, et le maintien des paramètres physico-chimiques de l’eau (pH, oxygénation,…)  dans des variations acceptables pour les plantes, les poissons et les bactéries. 

Pour qu’une culture aquaponique soit un succès, il est indispensable de bien concevoir le système, en terme de dimensionnement, de planification de la production, d’entretien et de surveillance quotidienne.

Le projet APIVA

C’est dans ce contexte qu’a été mis en place le projet APIVA, financé à hauteur de  1 m d’€ pour une durée de 36 mois. Soutenu par le CASDAR (compte d'affectation spéciale pour le développement agricole et rural, Ministère de l’agriculture), ce projet  implique  l’ITAVI, la station horticole du RATHO, l’ASTREDHOR, l’INRA, le lycée agricole de la Canourgue  ainsi que le CIRAD.
Différents essais seront menés par les partenaires pour tester plusieurs dispositifs d’aquaponie sur deux types de production de poissons en eau froide (modèle truite) et en eau chaude (modèle tilapia) :

  • Un système « classique » en recirculation d’eau chaude tilapia-basilic  et en eau froide truite-salade pour évaluer l’impact de la recirculation d’une eau épurée par des plantes sur les performances zootechniques et phytotechniques (Lycée de la Canourgue) ;
  • Un système piscicole truite-salade, lentilles d’eau, macrophytes flottants (lien). Ce système, base sur le recyclage de l’eau,  bénéficie de travaux précédents réalisés à la station PEIMA INRA ;
  • Un système couplant un compartiment aquacole en recirculation d’eau indépendant pouvant être couplé /découplé d’un compartiment végétal sous serre. Ce système innovant est hébergé au sein de la station horticole du RATHO.

La possibilité d’utiliser des cultures végétales pour réduire les rejets d’azote et de phosphore des élevages piscicoles est une voie qui sera aussi explorée dans ce projet.
Les chercheurs et techniciens impliqués dans ce projet espèrent à terme développer des systèmes de production en aquaponie performants pour les acteurs des filières piscicoles et horticoles souhaitant se diversifier et s’engager dans le développement de productions plus respectueuses de l’environnement.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Contact(s) partenaire(s) :
Pierre FOUCARD, Aurélien Tocqueville, Catherine le Jolivet
Département(s) associé(s) :
Physiologie animale et systèmes d’élevage
Centre(s) associé(s) :
Rennes Bretagne-Normandie

Les partenaires du projet APIVA

  • L’Institut technique avicole, cunicole et avicole (ITAVI), 
  • La station horticole Rhône Alpes Technique Horticole (RATHO),
  • L’Institut technique de l’horticulture (ASTREDHOR), 
  • La Station de pisciculture expérimentale des Monts d’Arrée PEIMA INRA
  • Le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (CIRAD), 
  • Le lycée agricole de la Canourgue
Laurent Labbe. © Inra

A propos de

Laurent Labbé, manager du projet  a obtenu les lauriers Inra 2014, catégorie Ingénieur pour la qualité de son travail