• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Les rencontres de l'Inra au SIA 2019

Les rencontres de l'Inra au Salon International de l'Agriculture #SIA2019

DÉBAT - Manger sain, écologique et pas cher, est-ce possible ?

Privilégier les fruits et légumes, éviter les pesticides, limiter les produits industriels ultra transformés, les graisses saturées et les sucres ajoutés, ne manger ni trop ni trop peu pour adapter les quantités à ses besoins nutritionnels…

Mis à jour le 01/03/2019
Publié le 25/02/2019

Mercredi 27 février 2019 ~ De 14h à 15h

Sur le stand de l'Inra : Hall 4, Allée B-91

Suivez ce débat sur Twitter #MangerDurable

Qui ne serait pas d’accord pour un tel menu, favorisant la santé mais aussi des modèles agricoles plus vertueux pour l’environnement ? Oui, mais voilà, dans un pays où le prix reste le premier moteur d’achat de la nourriture, et où la précarité alimentaire toucherait 1 Français sur 5, est-il vraiment possible de bien manger sans se ruiner tout en contribuant à rémunérer correctement l’agriculture durable ? Le point sur les freins, les idées fausses et les solutions avec cette table ronde suivie d’un débat.

Benjamin Allès,  Chercheur à l’Inra, ce jeune épidémiologiste centre ses travaux sur la nutrition et la santé publique. Dans ce cadre, il suit les habitudes alimentaires de plus de 100 000 personnes depuis 2009 dans le cadre de l’enquête NutriNet Santé. Il fait ainsi partie de l’équipe recherche en épidémiologie nutritionnelle (EREN)  Inra/Inserm/U1125 Inra/Cnam/Univ Paris 13 (Centre de recherche en épidémiologies et biostatistiques).
Christophe Audouin, Directeur général depuis 2014 de la filiale ultrafrais bio de Danone, « Les Prés Rient Bio », qui commercialise la marque de yaourts et de desserts lactés « Les 2 vaches ». Il considère que le bio pourrait peser environ 10 % du marché de l’ultrafrais d’ici à cinq ans, contre 4 % actuellement (source LSA) et estime que les consommateurs vont demander davantage de transparence, de local, de made in France.
Maxime de Rostolan, cet ingénieur agronome, agroécologiste convaincu,  a fondé en 2014 l’association Fermes d'Avenir et s’est lancé dans le maraîchage bio en Touraine (ferme du domaine de la Bourdaisière. Montlouis-sur-Loire). Il a également crée en 2012 une plateforme participative qu’il préside, Blue Bees, pour aider au financement de projets contribuant à une agriculture et alimentation durables.
Débat animé par le journaliste indépendant Stéphane Thépot.