• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Le lait : une source d’acides gras d'intérêt nutritionnel dans l’alimentation humaine

Les chercheurs de l’Unité Mixte de Recherches sur les Herbivores ont démontré que l’apport de lin ou de colza, en interaction avec la teneur en amidon de rations à base d’herbe, permet d’obtenir sur plusieurs lactations un lait riche en oméga-3 mais aussi en acide gras conjugués potentiellement bénéfiques pour la santé des consommateurs.

VACHE  au  PATURAGE . © TOILLON Sylvie
Mis à jour le 12/04/2013
Publié le 01/01/2013

L’acide linolénique (C18:3 n-3 ou oméga-3) et les acides gras conjugués comme l’acide linoléique conjugué (C18:2 cis-9, trans-11, conjugated linoleic acid ou CLA) sont réputés avoir des effets positifs sur la santé humaine. Ils sont naturellement présents dans le lait mais en faibles quantités. Depuis plusieurs années, des études ont montré que l’apport de lin ou de colza, oléagineux naturellement riches en précurseurs de ces acides gras polyinsaturés, dans l’alimentation des vaches permet d’augmenter la teneur en oméga-3 et/ou en CLA du lait, tout en diminuant les acides gras saturés. La valeur nutritionnelle du lait s’en trouve alors renforcée. Cependant, ces études n’ont été réalisées que sur de courtes périodes, tout au plus 2 à 3 mois, sans apporter de précision sur la persistance de cet enrichissement sur un laps de temps plus long.

Dans le cadre d’une collaboration entre l’Inra et le centre de recherche finlandais MTT Agrifood, et en partenariat avec la société INZO° (In Vivo NSA) et l’ONIDOL, dans le cadre d’une thèse CIFRE, les chercheurs de l’Unité Mixte de Recherche sur les Herbivores (UMRH) ont étudié l’influence de l’apport de lin ou de colza durant deux lactations consécutives soit presque deux ans d’observation.
Pour cela, les scientifiques ont étudié et comparé les profils lipidiques de laits produits par un troupeau de vaches dont l’alimentation, à base d’herbe, était supplémentée ou non en oléagineux (équivalent de 3 % de lipides venant des supplément). Le colza a été apporté sous forme extrudée (mélange de blé, de son de blé et de colza, 29:12:59 % en poids sec), brute ou sous forme de tourteaux gras (obtenus après extraction d’huile par pression à froid) afin de mesurer une éventuelle influence de la forme de la supplémentation sur le profil en acides gras du lait. Seul le lin extrudé (mélange de blé et de lin, 30:70 % en poids sec) a été testé, une étude précédente des chercheurs ayant fait preuve de la meilleure efficacité de cette forme sur la production d’acide linolénique et de CLA. Les vaches ont été maintenues à l’étable pendant l’hiver et nourries avec de l’ensilage d’herbe et du foin, puis mises au pâturage l’été.
La composition lipidique du lait a été analysée par chromatographie en phase gazeuse couplée à de la spectrométrie de masse et par chromatographie liquide haute performance en mode ion argent, permettant ainsi de mesurer les changements dans le profil détaillé des différents acides gras (acides gras de C4 à C20, dont les isomères cis ou trans, ainsi qu’un profil détaillé des CLA et 3 isomères d’un autre acide gras, le CLnA, acide linolénique conjugué, dont les variations sont encore très peu connues).

Les chercheurs ont montré que sur le long terme, l’apport de lin ou de colza permet d’accroître la production d’oméga-3 et d’acides gras conjugués (en hiver), tout en diminuant les acides gras saturés, confirmant les résultats obtenus sur de courtes périodes pour les oméga-3 et apportant des données nouvelles pour les CLA ainsi que pour 3 isomères du CLnA. Le lin extrudé permet d’obtenir les meilleurs taux d’oméga-3, et de CLnA par rapport aux différentes formes de colza utilisées. Ces laits enrichis produits au pâturage ont été jugés tout à fait acceptables par un panel de testeurs.

Les chercheurs ont cependant observé que cet effet positif des oléagineux sur le profil lipidique du lait peut être diminué si la teneur en amidon de la ration augmente. En effet, pour maintenir la densité énergétique de la ration, les chercheurs ont dû augmenter les apports de céréales lors de la deuxième année où la qualité des fourrages était moindre, enrichissant ainsi les régimes en amidon. Ils ont alors observé une diminution de l’augmentation en CLA et CLnA, les taux restant cependant supérieurs à la normale. Pour expliquer cela, les scientifiques ont émis l’hypothèse qu’une teneur plus forte en amidon a diminué le pH du rumen et modifié l’activité des bactéries responsables de la synthèse des acides gras conjugués d’intérêt. Des études complémentaires seront nécessaires pour aller plus loin dans l’explication de cette interaction et ainsi améliorer la nutrition des animaux pour obtenir un lait de qualité nutritionnelle supérieure.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Yves Chilliard (+33(0)473 62 41 14) INRA, UR1213 Herbivores - F-63122 Saint-Genès-Champanelle

Les acides linoléiques conjugués (CLA)

Les CLA sont un groupe de molécules issues notamment de l’acide linoléique (C18:2 n-6) dont les doubles liaisons peuvent être en cis, en trans ou un mélange des deux. Cette famille de molécules est synthétisée par des bactéries du rumen, ou bien au niveau tissulaire à partir de l’acide vaccénique, un acide gras trans qui pourrait être bénéfique pour la santé. Le cis-9, trans-11 CLA est un élément de cette famille que l’on retrouve dans le lait et en moindre quantité dans la viande. Cette molécule fait aujourd’hui l’objet de nombreuses études en raison de ses propriétés immunostimulantes et anti-carcinogéniques sur modèles animaux ou lignées cellulaires.

CLA-c-9,t-11 Isomer. © inra
CLA-c-9,t-11 Isomer © inra

Pour en savoir plus :

  • Lerch S., Ferlay A., Pomiès D., Martin B., Pires J.A.A., Chilliard Y., 2012. Rapeseed or linseed supplementation of grass-based diets: effects on dairy performance of Holstein cows over two consecutive lactations. Journal of Dairy Science. Volume 95. Pages 1956-1970.
  • Lerch S., Ferlay A., Shingfield   K.J., Martin B., Pomiès D., Chilliard Y., 2012. "Rapeseed or linseed supplements in grass-based diets: effects on milk fatty acids composition of Holstein cows over two consecutive lactations" Journal of Dairy Science Volume 95, Pages 5221-5241,
  • Lerch S., Shingfield K. J., Ferlay A., Vanhatalo A., Chilliard Y. 2012., Rapeseed or linseed in grass-based diets: Effects on conjugated linoleic (CLA) and conjugated linolenic (CLnA) acid isomers in milk fat from Holstein cows over two consecutive lactations. Journal of Dairy Science (en ligne, 21 septembre 2012, http://dx.doi.org/10.3168/jds.2012-5654)