• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Des prébiotiques pour prévenir l’allergie au blé ?

La composition du microbiote intestinal joue un rôle majeur dans la préservation de la santé humaine. Toute modification de celui-ci semble susceptible de conduire au développement de pathologies, dont les allergies. Les prébiotiques -qui ont une action supposée sur le microbiote- pourraient donc contribuer à le rééquilibrer. Cette stratégie émergente de prévention a été explorée dans le cadre d’un travail de thèse portant sur l’allergie au blé.

Epithélium colique et flore intestinale. © Inra, ROCHET Violaine
Mis à jour le 08/02/2013
Publié le 05/07/2012

En France, le blé arrive au 8e rang de l’allergie chez l’enfant et au 12e rang de l’allergie chez l’adulte.

L’allergie alimentaire, notamment chez le nourrisson et le jeune enfant, semble associée à un déséquilibre du microbiote intestinal. Cette observation incite à développer des stratégies thérapeutiques et/ou de prévention visant à modifier le microbiote intestinal chez les personnes allergiques grâce à l’utilisation de compléments alimentaires.

Une stratégie de prévention émergente : l’utilisation de prébiotiques

Les prébiotiques sont définis comme des ingrédients alimentaires non-digestibles qui ont un effet bénéfique sur l’hôte en stimulant sélectivement la croissance et/ou l’activité d’une ou d’un nombre limité d’espèces bactériennes déjà présentes dans le côlon, et, de ce fait, capables d’améliorer la santé de l’hôte. Si les plus connus sont les fructanes (l’inuline et ses dérivés les fructooligosaccharides ou FOS) et les galactooligosaccharides(GOS), il existe une multitude de molécules considérées comme prébiotiques potentiels : des xylooligosaccharides (XOS), des oligosaccharides de soja (SOS), de l’amidon résistant à la digestion...

Un travail de thèse a été entrepris au laboratoire BIA afin d’examiner la faisabilité d’utiliser des prébiotiques pour agir de manière préventive sur la survenue des allergies. Plus spécifiquement, l’objectif était de voir si les prébiotiques pouvaient modifier le microbiote intestinal, agir sur la barrière intestinale, orienter le système immunitaire du nouveau-né, et exercer un effet préventif sur la survenue d’une allergie au blé, dans un modèle de souris.

Un travail exploratoire réalisé sur un modèle de souris sensibilisé avec des allergènes de blé

Un mélange de deux prébiotiques (90% de GOS + 10% d’inuline) identifié comme bon candidat pour la prévention des allergies, a été retenu dans cette étude. Ce mélange présente l’avantage d’être déjà employé dans certaines préparations pour nourrissons, disponibles dans le commerce. Les scientifiques ont cherché à caractériser l’effet de ce mélange de prébiotiques, apporté en périnatal, sur la prévention d’une allergie induite par sensibilisation.

Pour ce faire, un modèle murin d’allergie au gluten désamidé a, au préalable, été développé.

Des résultats encourageants

Cette étude préliminaire démontre, pour la première fois, qu’une exposition périnatale à des prébiotiques (mélange GOS/inuline au ratio 9:1) exerce un effet santé notable sur l’organisme : modulation du microbiote, renforcement de la barrière intestinale et orientation du système immunitaire vers des voies de tolérance. L’administration de prébiotiques en périnatal plutôt qu’en postnatal (ou post-sevrage), semble plus à même de modifier le microbiote de façon bénéfique. Bien entendu, cette hypothèse devra être vérifiée. Si elle est confirmée, une stratégie de prévention pourrait alors consister à initier la prise des prébiotiques lors de la grossesse, de la poursuivre au cours de l’allaitement, et également après le sevrage.

Ces données doivent maintenant être confirmées sur d’autres modèles animaux ainsi que sur une cohorte de mères et d’enfants à terrain allergique. Une telle étude est envisagée au sein du laboratoire, avec l’appui d’un réseau de cliniciens et de chercheurs à l’échelle de la région Pays de la Loire.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Caractérisation et élaboration des produits issus de l’agriculture
Centre(s) associé(s) :
Pays de la Loire

Source :

  • Etude de l’effet d’un mélange d’oligosaccharides prébiotiques sur le système immunitaire, la barrière intestinale et la prévention d’une allergie, au moyen d’un modèle souris d’allergie au blé. Thèse de Pascal Gourbeyre sous la direction de Sandra Denery et Marie Bodinier (soutenue le 09 novembre 2011)