• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Les labels environnementaux ou écolabels

La décision pour une entreprise d’adopter un label environnemental dépend de sa capacité à capter la prime des consommateurs générée par ce label. Le montant de cette prime dépend du consentement à payer des consommateurs et de l'effet du label sur la structure du marché.

labels environnementaux. © Inra
Mis à jour le 27/01/2016
Publié le 20/10/2015
Mots-clés : ENVIRONNEMENT - LABELS

L'objectif des écolabels est de signaler aux consommateurs les caractéristiques environnementales des produits et/ou de leur mode de production. Il s’agit de caractéristiques de confiance, au sens où le consommateur ne peut pas les évaluer et ceci même après consommation. Cette spécificité légitime l'utilisation de labels de qualité certifiés par un tiers, qu'il soit privé à but lucratif, non lucratif ou public. Ces labels permettent aux entreprises de capturer la prime que les consommateurs sont prêts à payer pour ces caractéristiques. Son montant dépend du consentement à payer des consommateurs et de l'effet du label sur la structure du marché.

Label et consentement à payer des consommateurs

Parmi les facteurs qui influent sur le consentement à payer des consommateurs, deux sont directement liés au label : le standard de certification du label et la perception que les consommateurs ont du label. Plusieurs études récentes ont par exemple démontré que la prolifération des labels environnementaux apparaît comme un facteur déterminant dans la mauvaise perception des écolabels par les consommateurs.

Label et structure de marché

La littérature économique a mis en évidence plusieurs effets du label sur la structure du marché : 1- l'effet segmentation du marché, 2 - l'effet différenciation des produits,
3 - l'effet différenciation inversée, 4 - l'effet classement.

Les deux premiers sont bien connus, ils tendent à accroître les prix des biens labellisés. 

Lorsqu’il n’y a pas de label, les consommateurs ont des croyances variées sur les entreprises offrant des produits dont la production respecte l'environnement. L'introduction d'un label supprime cette hétérogénéité de croyances. Les entreprises non labélisés sont alors perçues par les consommateurs comme ne respectant pas l’environnement. Ces dernières diminuent leurs prix ce qui augmente la concurrence, C’est l’effet différentiation inversée.

Le label peut également avoir un impact sur les marchés d’amont. L'introduction d'un label environnemental peut accroître le rendement monétaire d'un input non polluant tel que sa demande augmente au détriment d’un l’input polluant mais qui pourtant est préféré par les entreprises car réducteur de coûts de production. C’est  l’effet classement. Ce dernier tend à accroître les prix des produits labellisés.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Olivier Bonroy (04 76 82 54 39) UMR GAEL – Université Pierre Mendès France BP 47 38040 GRENOBLE CEDEX 0
Département(s) associé(s) :
Sciences sociales, agriculture et alimentation, espace et environnement
Centre(s) associé(s) :
Auvergne - Rhône-Alpes

En savoir plus

Séminaire sur la monétarisation des biens, services et impacts environnementaux :
la variabilité des valeurs monétaires (10 décembre 2014) – Etudes et documents n°126 Juin 2015 – Commissariat Général au Développement Durable
http://www.developpement-durable.gouv.fr/IMG/pdf/ED126.pdf

  • Bonroy O. (2015). “Effet des labels environnementaux sur les prix: L'apport de la littérature économique”. Études et Documents - Ministère du Développement durable, 125, p. 6-16.
  • Bonroy O., Constantatos C. (2015). “On the Economics of Labels: how their introduction affects the functioning of markets and the welfare of all participants”. American Journal of Agricultural Economics, 97(1), p.239-259.
  • Bonroy O., Lemarié S. (2012). “Downstream Labeling and Upstream Price Competition”. European Economic Review, 56(3), p.347-360.
  • Bonroy O. (2009). “On Labels, Competition and Process Attributes”. Farm Policy Journal, 6(4), p. 43-47.
  • Bonroy O., Constantatos C. (2008). “On the Use of Labels in Credence Goods Markets”. Journal of Regulatory Economics, 33(3), p.237-252.