• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Sélection de souches d’affinage probiotiques : du "2 en 1" pour un emmental fonctionnel

Pourquoi choisir entre propriétés technologiques et probiotiques, alors que certaines bactéries sont capables d’apporter les deux ? Les scientifiques de l’UMR STLO ont développé une expertise dans l’identification des souches « 2 en 1 » afin de développer des aliments fermentés ayant un effet santé renforcé. Un essai clinique est actuellement en cours pour valider un concept d’emmental capable de prévenir la colite.

Sélection de souches d’affinage probiotiques : du
Mis à jour le 22/03/2018
Publié le 24/01/2018

Bactéries utilisées comme levain ou comme probiotiques : pourquoi choisir ?

Classiquement, les bactéries utilisées dans les produits fermentés sont sélectionnées pour leurs aptitudes technologiques (aromes, texture...) ou pour leur rôle de conservation.
Par ailleurs, il existe des compléments alimentaires ou des aliments dits fonctionnels qui intègrent dans leur composition, des microorganismes dits probiotiques, sélectionnés spécifiquement par rapport à leur capacité à impacter positivement notre santé. Ces probiotiques jouent sur des facteurs comme l’immunité, l’inflammation, la digestion, la motilité, la sensibilité et la perméabilité de l’intestin et n’ont pas de potentiel technologique reconnu.
L’idée des scientifiques de l’UMR STLO était de réaliser un double schéma de sélection afin de combiner les différentes propriétés au sein d’un même microorganisme.

Un emmental aux propriétés anti-inflammatoires

Les scientifiques ont ainsi mis en évidence des propriétés immuno-modulatrices chez certaines souches de Propionibacterium freundenreichii utilisées comme flore d’affinage fromager et responsables, notamment, des « trous » dans l’emmental. Ils ont par ailleurs identifié les molécules à l’origine de l’effet anti-inflammatoire ce qui a donné lieu à un dépôt de brevet.
En parallèle, d’autres scientifiques de l’UMR Micalis, ont fait de même avec des souches de Lactobacillus delbrueckii et de Streptococcus thermophilus, utilisées comme levains dans les yaourts et certains fromages.
Un fromage modèle a été mis au point, grâce à une combinaison de souches parmi les plus actives dans celles précédemment identifiées par les deux laboratoires. Ce fromage a la capacité de prévenir la colite, comme l’ont démontré les essais conduits in vivo dans un modèle de souris. L’effet immunomodulateur de cet emmental fonctionnel est actuellement en cours de validation dans un essai clinique chez l’homme.

Des collections bactériennes à mieux valoriser

De nombreuses souches bactériennes sont conservées dans les centres de ressources biologiques dédiés aux microorganismes. La biodiversité offerte par ces collections représente un atout pour l’exploration de fonctionnalités ciblées et combinées. L’identification de souches « 2 en 1 » au sein d’espèces bactériennes utilisées en fermentation, ouvre ainsi la voie à la mise au point d’aliments fermentés fonctionnels.
Ce résultat a été présenté lors de la Rencontre 2018 de l’Institut Carnot Qualiment, le 12 janvier dernier. Retrouvez prochainement sur le site web http://www.qualiment.fr, toutes les interventions en vidéos.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Gwénaël JAN UMR1253 STLO Science et Technologie du Lait et de l'Oeuf- INRA-Agrocampus Rennes-5 rue de Saint-Brieuc, 35042 RENNES CEDEX
Département(s) associé(s) :
Caractérisation et élaboration des produits issus de l’agriculture, Microbiologie et chaîne alimentaire
Centre(s) associé(s) :
Bretagne-Normandie

Projet ANR SURFING (2011 – 2014)

Starter SURFace against INFlammation of the Gut

ANR SURFING. © Inra
© Inra

Le projet ANR SURFING visait à caractériser les propriétés anti-inflammatoires de certaines bactéries communément utilisées pour la fermentation de produits laitiers. Plus précisément, il s’agissait d’identifier les protéines de surface responsables de propriétés immunomodulatrices, de démontrer leurs effets sur l’inflammation intestinale in vivo et d’étudier les mécanismes moléculaires in vitro. Le projet réunissait des compétences en immunologie, technologie laitière, fermentation, microbiologie, protéomique, transcriptomique, génomique et bioinformatique, avec pour ambition de fournir un élément de réponse à la préoccupation croissante vis-à-vis des maladies inflammatoires chroniques de l’intestin.
Sur trois ans, Surfing a mobilisé trois UMR dans lesquelles l’Inra est tutelle (STLO, MICALIS, MIG), un laboratoire de l’Institut Pasteur, l’institut technique Actilait, le Cniel et l’entreprise caennaise Laboratoires Standa. D’un coût total de 2,31 millions d’euros financés à hauteur de 560 000 euros par l’ANR, le projet a été labellisé par les pôles de compétitivité Valorial et Nutrition-Santé-Longévité de Nord Pas de Calais.
Plus d’informations

Brevet

propriétés anti-inflammatoires d’une protéine de surface de propionibacterium freudenreichii

La présente invention concerne un polypeptide comprenant ou se composant de la séquence d'acides aminés SEQ id n°:1, à utiliser dans le traitement ou la prévention d'une maladie inflammatoire. L'invention concerne, en outre, une séquence d'acides nucléiques codant un polypeptide de l'invention, un vecteur comprenant un acide nucléique de l'invention et une cellule hôte comprenant une séquence d'acides nucléiques et/ou un vecteur de l'invention, à utiliser dans le traitement ou la prévention d'une maladie inflammatoire. L'invention concerne aussi une composition pharmaceutique ou une composition alimentaire comprenant un polypeptide, une séquence d'acides nucléiques, un vecteur ou une cellule hôte de l'invention et un support pharmaceutiquement acceptable ou un produit laitier, pour le traitement d'une maladie inflammatoire. L'invention concerne également un procédé de criblage de bactéries ayant des propriétés immunomodulatrices.
Référence : WO 2016008571 A1