• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Des grains de blé pour mieux nourrir les poules pondeuses

Une alimentation alternant distributions de grains de blé et complément protéique améliore l’assimilation des aliments chez les pondeuses sans altérer le niveau de production d’œufs. Ce système appelé alimentation séquentielle, ouvre des perspectives très intéressantes pour la filière avicole tant sur le plan économique qu’environnemental.

Blé tendre d'hiver variété Eureka. Zone nord et sud. © WEBER Jean
Mis à jour le 26/06/2013
Publié le 29/07/2010

Plus de quatorze milliards d’œufs sont produits chaque année en France. Cette production permet de répondre à la demande de la consommation française en œufs frais pour les consommateurs ou en produits transformés pour les industries agro-alimentaires (ovoproduits entrant dans la pâtisserie, les pâtes…) ou la restauration hors domicile (RHD). La majorité de cette production est assurée par des élevages en cage. L’œuf est un produit bon marché et reste une des sources de protéine animale les moins chères.

Depuis plusieurs années, la filière œuf met en place des normes de production plus respectueuses du bien-être animal et de l'environnement. Ces modifications techniques du mode d'élevage peuvent entraîner des surcoûts. Cependant, la filière doit rester compétitive pour répondre à la demande croissante des industries agro-alimentaire et de la RHD et à la probable ouverture des marchés à des pays tiers n’ayant pas les mêmes contraintes de production.

Dans le calcul du prix de revient d’un œuf, l’alimentation de la poule représente la part la plus importante. Les pondeuses sont nourries avec un aliment complet, riche en protéine et calcium et contenant un mélange de farines de différentes céréales. Ces aliments complets présentent l’avantage d’avoir une composition constante et d’être d’une utilisation très simple. Cependant, la production d’aliment demande beaucoup d’énergie pour le transport des matières premières et la transformation des céréales brutes. Les poules étant capables de digérer les grains entiers, utiliser des céréales non broyées permettrait à la filière de diminuer les coûts de l’alimentation et d’améliorer sa compétitivité. De plus, les économies d’énergies réalisées abaisseraient l’empreinte carbone des œufs produits (surtout si les céréales sont consommées sur place ou a proximité de leur zone de production).

Lors de cette collaboration, les scientifiques ont étudié le comportement de poules pondeuses soumises à une alimentation contenant du blé entier. Pour cela, ils ont soumis trois lots de 80 oiseaux à des alimentations différentes. Le premier groupe a été nourri de façon conventionnelle avec un aliment complet composé de farines (groupe témoin, alimentation normale). Le deuxième groupe a été nourri avec un mélange de grains de blé et d’un complément riche en protéine et calcium (alimentation mélangée, deux prises par jour). Le troisième était nourri de façon alternée sur une journée : un repas composé de grains de blé était distribué le matin, l’après-midi ce groupe était nourri avec un complément riche en protéine et calcium (groupe "alimentation séquentielle"). Les poulettes ont ainsi été nourries pendant une phase d’adaptation (semaine 16 à semaine 18) puis pendant la période de ponte (semaine 19 à semaine 46). Sur toute la durée de l’expérimentation, le poids des oiseaux ainsi que la quantité d’aliment ingéré ont été mesurés. Pendant la phase de ponte, la production d’œufs a été évaluée (mesure du poids moyen d’un œuf, du jaune et de l’albumen, masse totale produite par jour).

Les chercheurs ont mis en évidence que l’alimentation séquentielle permet de maintenir la production d’œufs tout en diminuant la prise alimentaire des pondeuses. L’indice de consommation (g de nourriture ingérée /g de masse d’œuf produite) du groupe "alimentation séquentielle" est le plus faible des trois groupes, ce qui souligne une meilleure valorisation des aliments chez ces pondeuses vers la production d’oeuf. Les chercheurs ont aussi souligné que pour la réussite de la mise en place de ce mode d’alimentation, la phase d’adaptation des poulettes avant le démarrage de la phase de ponte est une étape importante. Des résultats similaires mais en utilisant du sorgho ou du millet ont été obtenus au Nigéria, ce qui permet d’envisager un intérêt majeur de l’alimentation séquentielle pour un élevage durable.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

En savoir plus

  • M. Umar Faruk, I. Bouvarel, N. Même, N. Rideau, L. Roffidal, H. M. Tukur, D. Bastianelli, Y. Nys, and P. Lescoat (2010). Sequential Feeding Using Whole Wheat and a Separate Protein-Mineral Concentrate Improved Feed Efficiency in Laying Hens. Poultry Science, 89 : 785-796.