• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Interview Laurence Guichard,unité Agronomie Inra Versailles-Grignon

Le défi d’une agriculture beaucoup moins dépendante des pesticides

Une agriculture avec moins de pesticides est possible. Des pratiques alternatives et des techniques agronomiques économes en produits phytosanitaires existent. Pour autant, la réduction de 50 % de la consommation de pesticides visée par le plan national Ecophyto 2018 n’a pas été atteinte et est reportée à 2025 (Ecophyto 2). Laurence Guichard, agronome à l’Inra Versailles-Grignon a pris part à l’article analysant les raisons de cet échec. Elle nous propose un décryptage en 3 séquences (vidéo) des pratiques possibles et des conditions nécessaires à leur réussite.

Par Patricia Léveillé
Mis à jour le 19/09/2017
Publié le 31/05/2017

Les pesticides sont devenus la clé de voute des systèmes de culture, de la production agricole aux filières. Agriculteurs, sélectionneurs, conseillers, transformateurs, collecteurs, distributeurs, consommateurs…, tous les acteurs articulent leurs stratégies et leurs relations autour de la solution « pesticides », et la stratégie de chacun renforce celle des autres. Par exemple, les associations d’espèces ou la diversification des cultures se heurtent à des contraintes logistiques et sont peu promues car elles rencontrent peu de débouchés. C’est cette situation de « verrouillage sociotechnique » qui freine le développement des alternatives aux pesticides, tant sur le plan économique, social, culturel, des mentalités et réglementaire.

La dépendance aux pesticides ne dépend pas que des agriculteurs

Les agriculteurs ne disposent pas à eux seuls de leviers leur permettant une réduction ambitieuse importante de l’utilisation des pesticides. Ils ont besoin de la mobilisation des autres acteurs de la filière. Mais aussi sans doute, de pouvoir se projeter dans un scénario de déverrouillage, c’est-à-dire, être convaincus que le système actuel a vraiment des alternatives. « Ecophyto 1 a eu peu d’impact sur le plan opérationnel, mais il n‘est pas pour autant négligeable. Son existence avec d’autres actions de la politique en soutien à l’agroécologie a encouragé certaines initiatives d’agriculteurs et de conseillers », explique Laurence Guichard. Ainsi, dans une partie des groupes du réseau Dephy (voir encadré), des références locales sur des systèmes de culture innovants ont pu être produites. « Ecophyto 1 a également eu un impact sur le plan symbolique avec l’affirmation forte de la nécessité de « produire autrement » qui semble avoir modifié la vision et la définition des priorités des différents acteurs, » poursuit l’agronome. L’Inra par exemple a réorganisé son dispositif de recherche sur la gestion intégrée de la santé des cultures ; les chambres d’agriculture et Centres d’initiatives agricoles (Civam) mettent en avant des compétences en accompagnement des agriculteurs dans le changement. Attention toutefois que la prise de conscience que « le tout pesticides n’est plus possible » ne se traduise pas uniquement par la mise en avant de moyens de substitution, à travers des produits de biocontrôle par exemple. « Ce dont on a besoin si on ambitionne de mettre un terme à l’usage massif des pesticides, c’est d’un gros travail de reconception des systèmes de culture, au niveau de la recherche comme du développement local », insiste Laurence Guichard. C’est là le défi du plan Ecopyhto 2.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Environnement et agronomie
Centre(s) associé(s) :
Versailles-Grignon

Réduire l’usage des pesticides en agriculture sans perte de performances

Dans le cadre du réseau DEPHY-Ferme, action majeure du plan gouvernemental Ecophyto visant à réduire et améliorer l’usage des produits phytosanitaires, des chercheurs de l’Inra, en collaboration avec l’entreprise Agrosolutions, ont étudié la relation entre le niveau d’usage de pesticides et les performances des systèmes de culture en termes de productivité et de rentabilité. Les résultats, publiés dans Nature Plants le 27 février 2017, montrent qu’une réduction significative de l’usage de pesticides est possible sans dégrader, à l’échelle de l’exploitation agricole, les performances productive et économique, à condition d’adaptations conséquentes des pratiques agricoles. La mise en œuvre de nouvelles pratiques n’est pas nécessairement facile et requiert un accompagnement des agriculteurs. > En savoir plus

Le plan Ecophyto 2025 pour réduire l’usage des pesticides : les raisons d'espérer

Des agronomes et des sociologues de l’Inra ont analysé le plan Ecophyto lancé en 2009 par le gouvernement pour diminuer l’usage des pesticides en agriculture. Interview de Jean-Marc Meynard, un des auteurs de la publication. > En savoir plus

L’Inra engagé dans le nouveau plan Ecophyto

Ecophyto 2, le nouveau plan gouvernemental pour la réduction de l’usage de produits phytosanitaires, a été soumis à la consultation publique du 8 au 29 juin 2015, avant sa publication et son déploiement au second semestre 2015. Nous faisons le point sur ce plan et le précédent avec deux chercheurs Inra : Jean Boiffin et Christian Huyghe. > En savoir plus