• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Cultiver de l'eau propre. Collaboration Inra, agriculteurs, chambre d'agriculture dans l'Yonne (bassin de Brienon) pour améliorer la qualité de l'eau et réduire la pollution par les nitrates. Reportage vidéo. © Inra, Maya Press

Cultiver de l’eau propre

Des chercheurs de l’Inra accompagnent des agriculteurs et la chambre d’agriculture de l’Yonne dans leur démarche pour réduire la pollution de l’eau par les nitrates dans une aire de captage classée Grenelle. Deux ans seulement après la mise en place du plan d’action, les objectifs sont atteints.

Par Patroicia Léveillé - vidéo : Maya Press pour Inra
Mis à jour le 03/11/2015
Publié le 30/09/2015

En 2009, les captages de Brienon dans l’Yonne ont été classés « Grenelle », zone à protéger, à cause de problèmes de pollution par les nitrates en particulier. Les causes étant d’origine agricole dans la plupart des cas, les agriculteurs cherchent à reconsidérer leurs pratiques pour recouvrer une eau de qualité. Avec l’aide des chercheurs de l’Inra Versailles-Grignon et la collaboration de la chambre d’agriculture, ils se sont engagés dans un dispositif recherche-intervention innovant. Le plan d’action a démarré à l’été 2013 et rapidement, deux ans après seulement, ils ont atteint leurs objectifs. En effet, le tableau de bord de la campagne 2013-2014 montre qu’il y a moins d’azote potentiellement lessivable, transféré dans les nappes, à l’automne (moins de 60 kg/ha) et moins d’azote perdu (moins de 30 kg/ha).

Chaque année, tout un dispositif de travail est mis au point par l'Inra et la chambre d'agriculture de l'Yonne, couplant travail en groupe, visites des parcelles, prélèvements, comités de pilotage... Moment fort de l’année, le « tour de plaine ‘interactif’ du territoire » à l’automne (vidéo) est un véritable atelier grandeur nature où agriculteurs, chercheurs et conseillers agricoles se retrouvent pour faire le bilan de la campagne passée, des pratiques de chacun et en tirer les enseignements. Le groupe observe l'état des champs, analyse la distance avec les résultats attendus. Cette journée est également un moment d'apprentissage croisé, et de comparaison des parcelles entre elles, et d'analyse de la diversité. La seconde campagne a démarré à l’été 2014. Les premiers résultats concernant l’azote suggèrent que cette année encore, l’objectif de résultats devrait être atteint.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Sciences pour l’action et le développement, Environnement et agronomie
Centre(s) associé(s) :
Versailles-Grignon