• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Plant adulte d'ambroisie à feuilles d'armoise.. © Inra, INRA

Allergies : gare à l’ambroisie !

La progression géographique de l’ambroisie à feuilles d’armoise, sa capacité à s’adapter et à coloniser des milieux très variés ont de quoi inquiéter. Le nombre de personnes souffrant d’allergies au pollen de cette espèce envahissante est en hausse constante. L’ambroisie est devenue un problème de santé publique qui s’étend bien au-delà de la parcelle agricole.

Par Nicole Ladet - Patricia Léveillé
Mis à jour le 25/07/2014
Publié le 25/04/2013

L’ambroisie à feuilles d’armoise fait partie des espèces dites « envahissantes » en France.Originaire d’Amérique du Nord, cette espèce adventice, ou mauvaise herbe, a été introduite dans la région Rhône-Alpes au XIXe siècle. Depuis, elle s’est étendue à l’ensemble du territoire, colonisant une grande variété de terrains.

6 à 12 % de la population exposée est allergique

Le pollen de l’ambroisie, émis à la fin de l’été, est hautement allergisant : cinq grains de pollen par mètre cube d’air suffisent à provoquer des réactions chez les individus les plus sensibles : rhinites, conjonctivites, symptômes respiratoires telles que la trachéite, la toux,… et parfois urticaire ou eczéma. Selon les régions, 6 à 12 % de la population française serait affectée par ces réactions allergisantes. Dans 50 % des cas, l’allergie à l’ambroisie peut entrainer l’apparition d’asthme ou son aggravation. La plante coûte 15 à 20 M € à l’assurance maladie pour la seule CPAM de la région Rhône-Alpes (données 2011).

Ambrosia artemisiifolia L. est une plante annuelle, ce qui signifie que sa survie est liée à la production de semences qui permettent à l’espèce de passer l’hiver et de donner, lorsque les conditions sont favorables, de nouvelles plantes adultes. Ces semences sont produites en grande quantité* et peuvent rester dans le sol, en dormance, pendant une dizaine d’années.

Adulte, la plante peut atteindre de 40 cm à 1,50 m de haut suivant la richesse du milieu où elle se trouve. Elle peut produire jusqu’à un milliard de grains de pollen par plante jusque la fin août. L’émission de pollen, maximale fin août/début septembre, est favorisée par un climat sec et ensoleillé et des températures nocturnes supérieures à 10°C. De par leur petite taille (18 à 22 μm), les grains de pollen peuvent voyager sur de très grandes distances et toucher des zones où l’espèce est encore absente. Plusieurs études américaines ont montré qu’une concentration de CO2 plus importante et l’élévation des températures favorisent la production de pollen d’ambroisie, augmentant le risque allergique à cette espèce.

* L’ordre de grandeur de la production de semences par plante peut varier de 300 à un millier.

Savoir reconnaître l’ambroisie à feuilles d’armoise

Aux différents stades de son développement, l’ambroisie peut être confondue avec d’autres plantes, notamment avec l’armoise commune et l’armoise annuelle. Mais elle est reconnaissable à ses feuilles vertes, ciselées et inodores lorsqu’on les froisse entre les doigts, l’ambroisie pousse sur une tige velue, ramifiée très bas et dotée d’un pollen jaune vif.

Armoise commune. © Anses, Fried
Armoise commune © Anses, Fried
Armoise annuelle. © Anses, Fried
Armoise annuelle © Anses, Fried

Que faire en cas de présence d’ambroisie

Informations sur le site de l’Observatoire des ambroisies.