• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Femme âgée mangeant. © Fotolia, Cynoclub

Pas de retraite pour la fourchette !

L’alimentation est un élément clef d’un vieillissement harmonieux. Le lien entre nutrition et santé devient d’autant plus important à mesure que l’on avance en âge. Monique Ferry, gérontologue, chercheur à  l’unité Épidémiologie Nutritionnelle (Inserm /Inra / Cnam /Univ. Paris 13) nous apporte son éclairage sur le sujet.

Par Patricia Léveille
Mis à jour le 02/09/2014
Publié le 06/12/2013

La France détient le record européen du nombre de centenaires. 20 000 « papys » et « mamies » aujourd’hui et dix fois plus en 2060 ! La question se pose alors : comment bien vieillir ? Ce défi est à prendre à bras le corps dès maintenant. Car depuis les années 2000, si la longévité continue à augmenter, la courbe du vieillissement sans handicap tend à stagner.

Vieillir est inéluctable, mal vieillir ne l’est pas

Bien vieillir, c’est vieillir sans pathologie ni handicap, maintenir des activités physiques, intellectuelles et sociales. L’enjeu des recherches scientifiques est de comprendre les mécanismes du vieillissement pour apporter des réponses appropriées aux besoins spécifiques liés à l’âge. Il est bon de rappeler que les besoins alimentaires ne diminuent pas avec l’âge. Au contraire, l’utilisation des nutriments par l’organisme est moins bonne. Il faut donc manger autant, sinon plus. Les besoins en protéines des seniors, par exemple, sont supérieurs de 20 % à ceux de l’adulte.  D’où les recommandations de manger viande, poisson, œufs et produits laitiers pour préserver les muscles qui ont tendance à « fondre » au fil des années. Le calcium présent dans les produits laitiers, la vitamine D, empêchent la déminéralisation des os et retardent les risques de fractures. Vitamines et minéraux apportés par l’alimentation jouent un rôle nécessaire contre le stress oxydatif, principal facteur de vieillissement accéléré. On les trouve dans les fruits et légumes, les produits de la mer, les laitages, etc. Et pour maintenir ses fonctions cognitives, il y a les acides gras présents dans le poisson, les huiles, le beurre et un minimum d’activité physique : manger-bouger…

Sortir l’alimentation de la banalité

La nutrition est le facteur modifiable le plus accessible pour moduler les effets de l’âge et surtout permettre la prévention d’un « mauvais » vieillissement par des stratégies ciblées. Une approche globale, déjà abordée pour les maladies chroniques (cancers, maladies cardiovasculaires, diabète) est appelée à jouer un rôle croissant pour favoriser un vieillissement réussi. Prévenir la dépendance requiert de placer l’alimentation au centre de toutes les attentions, celles des seniors, des chercheurs et des aidants.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Monique Ferry
Département(s) associé(s) :
Alimentation humaine
Centre(s) associé(s) :
Jouy-en-Josas

Régal’et Vous

« Cuisiner, c’est la santé. Cuisiner avec plaisir, c’est la maintenir ». Tel est le slogan de ce site interactif, instructif et ludique, conçu par Monique Ferry pour les personnes âgées et les aidants.
Dans l’espace senior, l’accent est mis sur l’utilisation de produits frais, de saison, voire surgelés ou en conserve ; l’apprentissage ou le ré-apprentissage de certains gestes culinaires ; la confection de plats équilibrés et plaisants, faciles à réaliser. L’objectif est d’aider les personnes à participer à une alimentation « plaisir », à cuisiner, à maintenir la capacité de préparer les plats et même réapprendre à cuisiner avec les ateliers cuisine-senior.
Dans l’espace dédié aux animateurs : informations, conseils et méthodologie pour animer des ateliers de cuisine pour les seniors.
Le site propose aussi des idées recettes, un quiz pour tester ses idées reçues.
> En savoir plus