• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Profil des consommateurs bio de la cohorte NutriNet-Santé

Le marché bio en France est en plein essor. Pourtant rares sont les données sur les consommateurs des produits issus de l’agriculture biologique. Qui consomme bio et dans quelles proportions ? Pour apporter des éléments de réponse, des chercheur(e)s ont dressé, dans le cadre du projet Bionutrinet, une première typologie des consommateurs bio chez des participants de la cohorte NutriNet-Santé, portée par l’Inra. Ils ont également évalué la part relative des aliments bio dans leur alimentation.

Profil des consommateurs bio de la cohorte NutriNet-Santé. © fotolia
Par Patricia Léveillé
Mis à jour le 16/11/2016
Publié le 10/11/2016

Selon l’Agence Bio, 65 % des Français ont consommé régulièrement bio en 2015. La consommation bio à domicile a, quant à elle, progressé de près de 20 % entre 2012 et 2014. Des chercheur(e)s du centre de recherche en Épidémiologie et statistique Sorbonne Paris Cité ont voulu en savoir davantage sur les facteurs liés à la consommation des produits bio. Ils ont recueilli des données auprès de 54 283 participants de la cohorte NutriNet-Santé portée par l’Inra. Publiées en 2015, les analyses de ces données1 révèlent des caractéristiques spécifiques, qu’il s’agisse de comportements alimentaires, des connaissances nutritionnelles, du mode de vie ou de l’état de santé des consommateurs bio de l’étude :

  • Les femmes sont plus souvent que les hommes des consommatrices régulières (14,9 % versus 11,0%) ou occasionnelles (51 % versus 47,8%),
  • Les consommateurs bio réguliers présentent plus souvent un niveau d’éducation et un revenu élevés comparé aux « non bio »,
  • Les cadres et exploitants agricoles sont plus nombreux chez les consommateurs réguliers,
  • Les consommateurs bio réguliers sont plus souvent végétariens ou végétaliens que les non-consommateurs,
  • Ils ont plus souvent tendance à prendre des compléments alimentaires, à suivre un régime alimentaire pour garder la forme, font plus souvent une activité physique que les « non bio » et ont un indice de masse corporelle (IMC) plus faible,
  • Ils sont mieux informés que les autres consommateurs sur les recommandations nutritionnelles concernant les produits végétaux (fruits, légumes et féculents), mais moins pour les produits animaux,
  • De manière générale, quand ils connaissent les recommandations concernant les produits végétaux, les consommateurs réguliers de bio les suivent davantage,
  • Les consommateurs réguliers de bio ont plus souvent déclaré souffrir d’allergies alimentaires et présentent moins souvent un diabète de type II et une hypertension.

La place du bio dans l’alimentation des participants de la cohorte NutriNet-Santé

Dans une deuxième étude2, le projet Bionutrinet (financé par l’Agence nationale de la recherche), il a été observé que les consommateurs de l’étude NutriNet-Santé  consomment en général plus de produits végétaux que de produits animaux en bio, à l’exception des œufs bio, plébiscités par une majorité d’interviewés (infographie 1). Parmi les produits les plus consommés (en quantité), on retrouve les pommes, la salade verte, le pain complet et les tomates. L’œuf tient le podium des produits animaux bio, ce record auprès des consommateurs reflète la pénétration de ce produit sur le marché de l’alimentation bio. (Infographie 2)
Environ 90 % des participants de l’étude consomment des  produits laitiers et fromages; seulement 35,6 % d’entre eux consomment du lait. 25 % des produits laitiers qu’ils consomment sont bio. Les fromages bio ne constituent que 15 % de leur consommation de fromage, inférieure à la part du lait bio de 30 % (infographie 3). Les viandes (hors volaille) et poissons bio représentent moins de 20 % de la consommation de ces produits (infographie 4). La part des céréales bio dans la consommation de céréales se chiffre à 37 %.

(1)Julia Baudry, Caroline Méjean, Sandrine Péneau, Pilar Galan, Serge Hercberg, Denis Lairon and Emmanuelle Kesse-Guyot. Health and dietary traits of organic food consumers: Results from the NutriNet-Santé study. British Journal Of Nutrition 114(12):1-10. October 2015. DOI: 10.1017/S0007114515003761

(2) Baudry J, Méjean C, Allès B, Péneau S, Touvier M, Hercberg S, Lairon D, Galan P, Kesse-Guyot E. (2015) Contribution of Organic Food to the Diet in a Large Sample of French Adults (the NutriNet-Santé Cohort Study). Nutrients 7:8615–8632]
 

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Emmanuelle Kesse-Guyot Centre de Recherche Epidémiologie et Statistique Sorbonne Paris Cité
Département(s) associé(s) :
Alimentation humaine
Centre(s) associé(s) :
Jouy-en-Josas

L’agriculture biologique connait une croissance historique en France

Le marché enregistre une croissance historique de l’ordre de 20%, au premier semestre 2016 par rapport au premier semestre 2015, et le rythme de conversion des exploitations agricoles et surfaces n’a jamais été aussi fort (21 fermes par jour) avec 31880 fermes engagées au 30 juin 2016 (+ 10% par rapport à 2015). Aujourd’hui, en France, 1,6 million d’hectares sont engagés en agriculture biologique. Ceci représente une surface agricole en agriculture biologique de 5,8% au 30 juin 2016 (contre 3,8% fin 2012, soit une augmentation de plus de 50%). La France dispose aujourd’hui de la deuxième agriculture biologique de l’Union européenne. Source : Agence Bio