• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Cet ouvrage, sous forme de reportage dessiné, expose les différentes crises que connaît l’élevage et pourquoi il doit être préservé afin que nos vies restent authentiquement humaines.

On achève bien les éleveurs

Cet ouvrage, sous forme de reportage dessiné, expose les différentes crises que connaît l’élevage et pourquoi il doit être préservé afin que nos vies restent authentiquement humaines.

L’auteure et l’illustrateur sont partis à la rencontre d’éleveurs pour comprendre leurs difficultés et restituer leur parole.

Extrait de la présentation de l’ouvrage :

« Ce que nous nommons encore élevage se trouve aujourd’hui pris entre deux feux. D’un côté, le souci légitime de l’impact écologique et sanitaire de la production industrielle de viande et de produits d’origine animale rejoint le refus de maltraiter – voire tuer – les animaux. De cela émerge une remise en cause profonde du geste d’élevage. Est-ce là un progrès pour notre humanité ou un nouveau stade de l’« administration du désastre » ?  De l’autre côté, les éleveurs sont dépossédés de leur métier par des procédures toujours plus rigides et intrusives : puçage RFID des ovins et caprins, chantage aux primes agricoles, bureaucratisation croissante, reproduction artificielle... Décriés d’un côté, ils sont administrés de l’autre. » (...)

Sommaire : Défendre l’élevage / Une offensive ancienne contre la paysannerie / Critique du puçage des animaux / De la sélection paysanne à la reproduction artificielle / Une profession sous contrôle / Vivre (ou pas) avec les animaux / Tuer des animaux / Face aux crises agricoles : l’autonomie / Agriculture bio et filières de qualité / Le dilemme des prix / Changer l’agriculture, changer le monde 

 

Ouvrage coordonné par Aude Vidal, qui a animé la revue écologiste L’An 02. Elle est l’auteur de reportages sur les mondes malais, d’essais critiques sur le libéralisme et d’Égologie (Le Monde à l’envers, 2017) et illustré par Guillaume Trouillard est dessinateur et animateur des éditions de la Cerise. 

Intervenants : Jean-Pierre Berlan, agronome et économiste, ancien directeur de recherche à l’Inra. Jocelyne Porcher, est directrice de recherche à l’Inra et Xavier Noulhianne, Christophe Richard, le groupe Marcuse, Fabrice Jaragoyhen, les fermiers du Pic-Bois et Stéphane Dinard 

 

On achève bien les éleveurs

Résistances à l’industrialisation de l’élevage 

Editions L’échappée – coll. Action graphique, 144 pages, décembre 2017 – 24 euros