Garance, tomate du futur ?

Garance est une nouvelle variété de tomate, sélectionnée à l’Inra PACA par hybridation classique. Savoureuse et riche en nutriments, elle est bien adaptée à l’agriculture biologique et aux besoins des jardiniers amateurs.

Tomate Garance, sélectionnée à l'unité Génétique et Amélioration des Fruits et Légumes de l'Inra PACA. © Inra, DAMIDAUX René
Par Nicole Ladet
Mis à jour le 28/02/2014
Publié le 21/02/2014

Croquante puis fondante, parfumée, haute en couleur, résistante à huit maladies, riche en lycopène, ce pigment rouge qui protègerait des maladies cardiovasculaires, Véronique Lefebvre, directrice de l’unité Génétique et Amélioration des Fruits et Légumes (GAFL) à l’Inra  PACA, ne tarit pas d’éloges sur Garance, sélectionnée par René Damidaux grâce aux recherches de son unité.

Une variété hybride, est-ce vraiment intéressant pour la culture biologique ou en jardin familial ?
Véronique Lefebvre Garance est une variété dite hybride F1. Cette structure génétique permet de cumuler plus facilement les caractéristiques d’intérêt pour la culture, en particulier les résistances aux maladies qui sont nombreuses chez la tomate. La plus grande homogénéité des variétés hybrides autorise une période de récolte moins étalée. Enfin les hybrides offrent une vigueur intéressante qui favorise la production de fruits plus gros, ce qui fait la fierté des jardiniers amateurs. Tomate Garance. © Inra, René DAMIDAUX
Tomate Garance © Inra, René DAMIDAUX

Comment avez-vous procédé pour réunir huit résistances aux maladies chez une même tomate ?
VL Ici nous avons utilisé des ressources génétiques, c’est-à-dire non seulement d’anciennes ou nouvelles variétés de tomates, mais aussi d’autres espèces apparentées à la tomate, en général originaires d’Amérique latine, berceau de la tomate, ou même des îles Galápagos. C’est dans ces ressources qu’ont pu être puisés les gènes de résistances aux maladies.

Est-ce que Garance a des variétés connues dans sa généalogie ?
VL Garance est issue d’un programme de sélection Inra qui avait donné naissance en 1965 à la variété Montfavet 63-5 bien connue des professionnels et des amateurs. Une autre variété bien connue est dans la généalogie de Garance. Il s’agit de Ferline diffusée dans les années 1980, bonne productrice mais plus sensible aux maladies et moins goûteuse. Mais il faut savoir qu’avant d’arriver à sélectionner Garance, il y a eu près de 60 croisements.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Véronique Lefebvre Unité Génétique et Amélioration des Fruits et Légumes (GAFL)
  • René Damidaux Unité Génétique et Amélioration des Fruits et Légumes (GAFL)
Département(s) associé(s) :
Biologie et amélioration des plantes
Centre(s) associé(s) :
Provence-Alpes-Côte d'Azur

Du côté des tomates d'industrie

Un autre marché de la tomate est celui de la tomate d’industrie, destinée à la production de concentré, de sauces et de jus. L’unité GAFL a actuellement en cours d’inscription au Catalogue officiel français une nouvelle variété dénommée Terradou. Riche en lycopène et vitamine C, Terradou résiste à quatre maladies. Dotée d’un taux très élevé en matière sèche, autrement dit moins riche en eau, Terradou permet de diminuer fortement la dépense d'énergie lors de l'opération de concentration. La cuisson concentre le lycopène et conserve une partie des vitamines. Les préparations qui en sont issues pourront donc offrir une excellente qualité nutritionnelle.

A propos de

L’Unité Génétique et Amélioration des Fruits et Légumes (GAFL)

L’Unité Génétique et Amélioration des Fruits et Légumes (GAFL) cherche à décrypter et exploiter les bases génétiques,  physiologiques et moléculaires des résistances aux bio-agresseurs et des composantes de la qualité gustative et nutritionnelle des fruits et légumes. Les programmes d’innovation variétale conduits dans l’Unité se nourrissent des résultats de ses recherches afin de fournir toute une gamme de variétés adaptées à la diversité des agrosystèmes et des usages, principalement sur les espèces d’intérêt agronomique des régions méditerranéennes (tomate, poivron, aubergine, melon, laitue, abricotier, pêcher). Leur enjeu est de produire suffisamment de fruits et légumes de bonne qualité sanitaire, gustative et nutritionnelle pour alimenter toutes les catégories socio-culturelles.

Ses recherches vont de la caractérisation de la diversité génétique des espèces fruitières et légumières et de la compréhension de leur histoire évolutive et de leur domestication, jusqu’à l’intégration des connaissances pour l’innovation variétale, en passant par la dissection des bases génétiques des résistances aux bioagresseurs et des composantes de la qualité.