• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Mignonne, allons voir… pourquoi la rose refleurit 

Sentir le parfum des roses, cueillir des fraises dans nos jardins au printemps mais aussi à l'automne sont des privilèges qui nous sont offerts grâce aux variétés dites "remontantes". Elle ont la capacité à refleurir dans l'année. Les mécanismes de ce phénomène ont été mis à jour par des chercheurs de l'Inra en collaboration avec deux laboratoires japonais.

Rose rouge de fleuriste. © WEBER Jean
Par Julie Chériguène
Mis à jour le 21/05/2013
Publié le 13/05/2013

Ronsard, lorsqu’il a immortalisé la beauté éphémère de la rose, ne connaissait que les roses dites non remontantes, dont la floraison ne durait qu’un printemps. C’est au XVIIIe siècle que des rosiers provenant de Chine et fleurissant du printemps à la fin de l’automne ont été introduits en Europe. Ces rosiers, dits remontants, ont été croisés avec les anciennes variétés européennes non remontantes pour donner naissance aux roses modernes qui fleurissent de façon continue. L’introduction de la remontée de floraison a été un évènement majeur dans le succès des roses, premières fleurs coupées vendues au monde avec un marché de plus de 15 milliards de tiges par an.

Une mutation génétique à l’origine de la remontée de floraison

Une mutation apparue chez les rosiers de Chine sauvages

Les travaux des équipes de l’Inra d’Angers-Nantes et de Bordeaux-Aquitaine ont permis d’expliquer le phénomène de remontée de floraison du rosier et d’une plante très proche, le fraisier, appartenant à la même famille des Rosaceae. Chez le rosier (genre Rosa), les chercheurs de l’unité Génétique et horticulture d’Angers ont en effet mis en évidence la présence d’un gène répresseur qui appartient à la famille du gène TFL1 (TERMINAL FLOWER 1). Après la première floraison printanière, ce répresseur s’exprime et empêche toute nouvelle floraison chez les rosiers non remontants. Or, la protéine correspondant à ce gène répresseur n’est pas produite par les rosiers remontants en raison d’une mutation génétique qui serait apparue chez les rosiers chinois sauvages, Rosa chinensis var spontanea.

Les chercheurs de l’unité Espèces fruitières à Bordeaux ont quant à eux montré que la remontée de floraison chez la fraise des bois Fragaria vesca est due à une mutation du même gène répresseur. Cette mutation serait apparue dans les Alpes chez des fraisiers sauvages et aurait ensuite été sélectionnée par l’homme.

À terme, de nouvelles stratégies de sélection génétique pour faire remonter d’anciennes variétés de roses non remontantes pourraient être développées. Des études en cours permettront également de préciser l’importance jouée par ce gène dans l’histoire de la sélection du rosier par l’homme.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

  • Fabrice Foucher Unité mixte de recherche "Génétique et horticulture (GenHort)" Inra Anger-Nantes
  • Laurence Hybrand-Saint Oyant Unité mixte de recherche "Génétique et horticulture (GenHort)" Inra Anger-Nantes
  • Béatrice Denoyés Unité Inra "Espèces fruitières (Uref)" Inra Bordeaux-Aquitaine
Département(s) associé(s) :
Biologie et amélioration des plantes

Référence

Hikaru Iwata (Wakanuga Pharmaceutical Co, Hiroshima, Japon; Inra Angers), Amélia Gaston et Béatrice Denoyés (Uref, Inra Bordeaux), Takashi Araki (Kyoto University, Kyoto), Arnaud Remay, Tatiana Thouroude, Julien Jeauffre, Koji Kawamura, Laurence Hibrand Saint Oyant et Fabrice Foucher (UMR GenHort, Inra Angers). The TFL1 homologue KSN is a regulator of continuous flowering in rose and strawberry. The Plant Journal, 2011. DOI: 10.1111/j.1365-313X.2011.04776.x