• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Qu’est-ce qu’un OGM ?

Les organismes génétiquement modifiés (OGM) sont des organismes, végétaux, animaux ou microorganismes, issus de cellules dans lesquelles une information génétique a été volontairement introduite, par les méthodes du génie génétique, pour leur conférer de nouvelles caractéristiques.

Plants d'Arabidopsis thaliana ou Arabette des dames, en fleurs dans une serre de l'Inra Versailles-Grignon.. © Bertrand NICOLAS - Inra, NICOLAS Bertrand
Par Mission communication
Mis à jour le 15/07/2014
Publié le 28/05/2013

Comment fabrique-t-on un OGM ?



La transgénèse est  l’ensemble des techniques d’introduction d’un gène étranger (transgène) dans un organisme pour lui conférer de nouvelles caractéristiques. Il s’agit d’abord d’un outil de connaissance du fonctionnement des génomes : on peut analyser la fonction et la régulation d’un gène en l’inactivant ou en le surexprimant. On peut déterminer la fonction précise du gène, voir quand cette fonction s’exprime, s’éteint, si elle est stable.

La transgénèse se situe dans la continuité des pratiques d’amélioration génétique classique. Son utilisation présente deux avantages : aller chercher des caractères dans un individu éloigné avec lequel le croisement est impossible, voire dans un autre organisme (grâce à l’universalité du code génétique) et d’autre part, introduire un gène améliorant uniquement un caractère de la population sans en modifier les autres caractéristiques.

Où trouve-t-on les OGM ?

• Les OGM les plus médiatisés sont des plantes, maïs, soja, coton, colza…. ayant des gènes de résistance à certains insectes ravageurs des cultures et/ou tolérants à des herbicides. Mais ces plantes transgéniques ne constituent qu’une partie des applications possibles de la transgénèse. Des recherches s’intéressent également à des variétés nécessitant moins d’intrants (azote, nitrate), résistantes à la sécheresse, la salinité…

• De nombreux médicaments produits à partir de microorganismes transgéniques sont commercialisés : l’insuline,  le vaccin de l’hépatite B entre autres sont fabriqués respectivement à partir de bactéries et de levures OGM.

• Les organismes génétiquement modifiés représentent également des innovations potentielles pour les industries qui utilisent des enzymes afin de traiter les eaux usées industrielles, produire des biocarburants, des arômes...

• Dans l’alimentation, la transgénèse vise notamment à une amélioration qualitative des aliments : riz enrichi en vitamine A, modification des acides gras des huiles par exemple. Des produits alimentaires issus de matières premières génétiquement modifiées sont commercialisés pour l’alimentation animale ou humaine (le maïs doux en Europe). Les États-Unis étudient actuellement l’autorisation de mise sur le marché d’un saumon atlantique transgénique à croissance rapide.

OGM, chiffres clés

De 1,7 million d’hectares en 1996, les cultures OGM couvrent aujourd’hui 170 millions d’hectares dans 28 pays. Fait notable, parmi ces 28 pays, 20 sont des pays en développement, dont la hausse des surfaces en cultures OGM, de 52 %, dépasse pour la première fois celle des pays industrialisés (48%).

Les principaux pays producteurs de cultures OGM sont les USA avec 69,5 millions d’hectares, le Brésil (36,6), l’Argentine (23,9), le Canada (11,6), l’Inde (10,8), la Chine (4,0). L’Espagne place l’Europe en 17e position avec 0,1 million d’hectares. Les principales cultures sont le soja et le coton dont 81 % de des surfaces mondiales cultivées sont de nature OGM, devant le maïs (35 %) et le colza (30 %).
Source : ISAAA 2012

Quelle est la situation des OGM en France ?

Aucune culture OGM à des fins commerciales n’est autorisée en France au nom du principe de précaution depuis 2008.
En ce qui concerne les cultures expérimentales, on dénombrait 39 essais au champ en 2007 dont 2 à l’Inra. L’essai de l’Inra d’Orléans de peupliers à lignines génétiquement modifiées était jusqu'en juillet 2013 le dernier essai OGM en plein champ en France. L’essai de porte-greffe transgénique de vigne conduit par l’Inra de Colmar a été détruit en 2010 par des militants anti-OGM.
Des OGM importés sont utilisés pour l'alimentation animale, mais aussi dans la fabrication de produits alimentaires pour l'homme. L’Union européenne impose un étiquetage des aliments contenant plus de 0,9 % d'OGM.
En Europe, trois plantes génétiquement modifiés sont autorisés à la culture : le maïs T25, la pomme de terre Amflora et le maïs MON810 ; ce dernier est interdit en France depuis le moratoire de 2008.

Source : www.ogm.gouv.fr