• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer
Chenille de la pyrale du buis, Cydalima perspectalis © Yves Lanceau

Quand la pyrale du buis sort de son hivernage…

Une tête noire et luisante, un corps vert clair et strié de vert foncé, telle est la chenille de la pyrale du buis quand elle se réveille aux premières heures du printemps pour se nourrir des feuilles de cet arbuste. Un ravageur responsable de dégâts considérables qui fait l’objet de toute les attentions de la science et de la société. Retour en images.

Par Catherine Foucaud
Mis à jour le 16/04/2019
Publié le 15/04/2019

Mars, avril… Des températures qui se radoucissent, des fleurs qui s’épanouissent, des arbres qui bourgeonnent, les premiers mois du printemps signent le renouveau de la nature ! C’est aussi le moment que choisissent les chenilles de la pyrale du buis pour quitter leurs cocons faits de soie et de feuilles et recommencer leur cycle infernal de développement au dépens des buis.

Originaire d'Asie orientale, Cydalima perspectalis, plus connue sous le nom de pyrale du buis, est un petit papillon nocturne invasif dont les chenilles se nourrissent des feuilles du buis. Signalé en France dès 2008, largement présent aujourd’hui en Europe, il constitue une menace sérieuse pour les buxaies naturelles et ornementales des milieux naturels et urbains comme des parcs et jardins de France et de Navarre.

Dans le cadre du Salon international de l’agriculture 2019, la projection du film « La pyrale du buis, un passager clandestin venu d’Orient » a rassemblé un large public. Un débat nourri s’en est suivi, en présence de Jérôme Rousselet, ingénieur dans l’unité de recherche Zoologie forestière, Inra Val-de-Loire et conseiller scientifique et d’Yves Lanceau, réalisateur. L’occasion de connaître davantage la biologie de cet insecte afin de pouvoir le gérer au mieux et d'alerter sur les modes d'introduction et de propagation des espèces invasives pour plus les prévenir.

Contact(s)
Contact(s) scientifique(s) :

Département(s) associé(s) :
Écologie des forêts, prairies et milieux aquatiques
Centre(s) associé(s) :
Val de Loire