• Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte
  • Imprimer
Symptôme du virus de la sharka sur pêches.. © inra, Jean Dunez

La sharka, maladie incurable des arbres fruitiers à noyau

La sharka est une maladie, incurable qui altère la qualité des fruits des arbres contaminés - pêchers, nectariniers, pruniers ou abricotiers - jusqu’à les rendre impropres à la consommation. Les recherches de l’Inra visent à mieux connaître cette maladie et à limiter sa progression.

Par Julie Chériguène
Mis à jour le 18/09/2014
Publié le 29/09/2010

La maladie de la sharka, causée par un virus, le Plum pox virus, affecte des espèces fruitières du genre Prunus, comme les pêchers, les nectariniers, les pruniers ou les abricotiers, dans la plupart des pays producteurs en Europe et dans le monde.

Cette maladie, incurable, altère la qualité des fruits des arbres contaminés, jusqu’à les rendre impropres à la consommation. Si elle ne présente aucun danger pour la santé humaine, elle compromet l’activité des pépiniéristes, des arboriculteurs et la pérennité des filières de production fruitière. Les recherches de l’Inra visent à mieux connaître cette maladie et à élaborer des stratégies permettant de limiter sa progression.

Ces recherches portent sur des aspects épidémiologiques et génétiques ; sur une meilleure connaissance des relations entre le virus, les pucerons qui le transmettent et les plantes qui y sont sensibles. Elles mobilisent des partenariats nationaux, notamment avec les professionnels, et internationaux, tout particulièrement avec d’autres instituts scientifiques. Elles visent principalement à améliorer les méthodes de détection et de diagnostic de la sharka, à accroître les connaissances sur le virus et ses interactions avec la plante ainsi qu’à concevoir et évaluer des stratégies de prévention, de prospection et de lutte. La création de variétés de Prunus résistantes au virus fait partie des voies explorées.

Le projet européen SharCo (2008 – 2012), coordonné par l’Inra, intègre un ensemble de recherches qui doivent déboucher sur une lutte intégrée contre la sharka.

En France, une charte, à laquelle adhère l’Inra, organise la prévention et la lutte contre la maladie et met en place un réseau de surveillance épidémiologique dont l’institut est partenaire.